La Commission des experts du Document de Carthage a abouti à l’élaboration d’un document de plus de 100 points à caractère politique, économique et social, a déclaré, samedi, le membre de la Commission, Noureddine Arbaoui.

«Une fois adopté, ce document devrait définir le programme d’action du gouvernement que ce soit avec la présente composition gouvernementale ou après son remaniement», a-t-il souligné.
D’après Arbaoui, le travail de la commission demeure inachevé jusqu’à l’examen des points litigieux par la Commission des présidents (Présidents des partis politiques et des organisations signataires du Document de Carthage).
Selon lui, les signataires du Document de Carthage ont validé 95% des points prévus par ce document et plus particulièrement les points à caractère économique et social.
«Ce document a envisagé certains points politiques relatifs notamment aux Instances constitutionnelles, à la Cour constitutionnelle et à la loi
électorale», a-t-il ajouté, faisant remarquer que d’autres points, notamment la restructuration du gouvernement, ont été confiés à la Commission des présidents. Réunis le 3 mars 2018 sous la présidence du chef de l’Etat tunisien, Béji Caïd Essebsi, les signataires du Document de Carthage avaient décidé la création d’une Commission qui aura pour mission de définir les priorités de l’économie nationale et de proposer les réformes y afférentes.
La commission est composée de deux représentants de chaque parti et de chaque organisation signataires du Document de Carthage.
Signé en juillet 2016 par les parties prenantes aux concertations engagées en Tunisie, le document de Carthage est un document de synthèse définissant les priorités du gouvernement d’union nationale, à savoir, lutter contre le terrorisme et la corruption, impulser le développement et l’emploi des jeunes, réaliser la réforme de l’administration et instaurer la politiques de la ville et des collectivités locales. Il est censé servir de feuille de route pour le gouvernement d’union nationale, dirigé actuellement par Youssef Chahed, et la fixation de ses priorités.n