Organisée à la suite de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du dialogue 5+5, tenue en octobre 2016 à Marseille sous la coprésidence de l’Algérie et de la France, la capitale tunisienne accueille, depuis hier, la première réunion des ministres de la Culture des pays membres du « dialogue des 5 + 5 de l’ouest de la Méditerranée ».

L’occasion pour le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi d’évoquer la position de l’Algérie sur la question de la coopération culturelle entre les pays de la Méditerranée, ce qui est un moyen de « repousser éternellement le spectre de la violence et de l’extrémisme qui guette nos sociétés ». « L’Algérie est aussi disponible à accueillir tout séminaire pouvant porter sur la mise en place de mécanismes de soutien à l’investissement public et privé dans le secteur de la culture », a-t-il déclaré en direction de ses pairs. Cette réunion consultative vise, pour rappel, à « étudier les voies de renforcement de la coopération culturelle ». Elle est axée sur « la culture au service du rapprochement et du développement solidaire » en programmant, entre autres, des cycles de discussion sur la coopération dans les domaines des industries culturelles et créatives, du livre, du soutien des jeunes créateurs, de la participation aux différents festivals et rencontres dans les pays concernés, mais aussi des questions liées à « la sauvegarde » et la « mise en valeur » du patrimoine culturel matériel et immatériel des pays membres. L’intervention de Azzedine Mihoubi a en ce sens été marquée par une série de rappels quant à la position de l’Algérie, qui co-préside «le dialogue 5+5 » avec la France, et a fait part de l’« entière disponibilité de l’Algérie à mettre en œuvre les axes de coopération qui seront retenus et renforcer les échanges culturels à travers ce forum de dialogue ». « Mon pays, qui a toujours soutenu les actions des institutions multilatérales et les efforts internationaux en matière de protection et de préservation du patrimoine, à l’instar de sa participation à la Conférence de haut niveau à Abu Dhabi en décembre dernier, sur le patrimoine en péril, en temps de conflits armés, se tient prêt à engager une coopération dans ce domaine avec les pays de notre forum. Comme il appuie toute proposition relative à l’inscription, auprès de l’Unesco, des éléments du patrimoine culturel immatériel commun, sur la liste du patrimoine culturel de l’humanité », a assuré le ministre de la Culture.