Yacine D. est une autre victime de racisme et de xénophobie qui vient s’ajouter à la liste noire d’Algériens disparus dans des circonstances atroces en France. Dans une ambiance de douleur, de consternation et d’incompréhension, la dépouille du jeune homme a été accompagnée à sa dernière demeure au cimetière de Ouled Dahmane

, à une vingtaine de kilomètres au nord de Bordj. Résidant à Saint-Etienne avec sa famille, Yacine, un jeune sans histoire apparente, décide, comme d’habitude, de se rendre à Marseille, où réside son oncle maternel, à la recherche d’un emploi. Il prend le train pour Marseille qui le dépose à 5h à la gare Saint-Charles pour faire le reste du chemin à pied. Se trouvant au mauvais moment et au mauvais endroit, il croise le chemin de cinq délinquants «fêtards» qui le rouent de coups avant de lui asséner le coup de grâce et le laisser gisant dans une mare de sang.