Le procureur de la République près le tribunal de Larbaâ (Blida), Benkhaoua Djelloul, a révélé lundi la mise en détention provisoire de 19 suspects pour leur implication dans une affaire de violences physiques contre des éléments des forces de l’ordre public et la destruction de biens d’autrui, à l’issue du match joué entre l’équipe locale, Amel Larbaâ, et le Mouloudia d’Alger, au stade communal de Larbaâ.

Dans un point de presse consacré à cette affaire, M. Benkhaoua a déclaré qu’en date du 9 septembre courant, un match mettant aux prises l’équipe locale au Mouloudia d’Alger, au stade communal “Smail Makhlouf”, s’est soldé par “des émeutes des supporters, ayant entraîné la destruction de véhicules de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et des blessures à de nombreux agents des forces de l’ordre public”.

Ces événements ont fait l’objet d’un suivi du parquet qui a émis des instructions “strictes” aux services de la police judiciaire pour arrêter les suspects, au nombre de 19, a-t-il précisé.

Le 13 septembre dernier, les suspects arrêtés ont été déférés devant le parquet de la République. Ils ont été entendus et poursuivis dans le cadre des procédures de comparution immédiate, pour les chefs d’inculpation de ‘”violence physique sur des agents des forces de l’ordre” et “destruction volontaire des biens d’autrui”.

L’affaire a été reportée au 21 septembre courant, avec maintien de tous les accusés en détention provisoire jusqu’à leur jugement. Le procureur de la République a, aussi signalé la présence parmi les accusés d’un mineur, qui a été déféré devant le juge des mineurs.

L’adolescent, poursuivi pour les mêmes chefs d’accusation, a été entendu par le juge, avant d’être remis à ses parents. Le procureur de la République près le tribunal de Larbaâ a, également, évoqué une 2ème affaire relative à la mise en ligne d’une vidéo sur les réseaux sociaux, montrant des personnes agressant physiquement des agents de l’ordre public et saccageant le stade communal de Larbaâ. “Tous les suspects, au nombre de 13, ont été identifiés et arrêtés”, a-t-il affirmé.

Toujours selon M. Benkhaoua, les prévenus dans cette 2ème affaire, ont été présentés le 18 septembre devant la justice sous les chefs d’inculpation de “violence physique contre des éléments des forces de l’ordre public ” et “saccage volontaire des biens d’autrui”. Leur jugement a été reporté au 26 septembre courant, au moment où six parmi eux ont été placés en détention provisoire.

Le reste des accusés ont bénéficié des procédures de contrôle judiciaire dans l’attente de leur procès. S’agissant du décès d’un détenu dénommé (D.A.) à l’hôpital de Boufarik après son placement en détention provisoire sur la base d’un mandat de dépôt délivré le 13 septembre par le président de la section pénale, le procureur de la République a déclaré qu’après son admission à l’établissement pénitentiaire, il s’est avéré que le concerné “souffrait d’asthme” et que son “décès est naturel, dans l’attente des résultats de l’autopsie, qui seront communiqués à ses proches en toute transparence”, a-t-il assuré.

M. Benkhaoua a clos son intervention en affirmant que le “Parquet général prendra les mesures légales nécessaires pour faire face à ces comportements et veiller à la stricte application de la loi, aux fins de protéger les personnes et les biens publics et privés, notamment au vu de la prolifération de ce type de crimes”.