Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a appelé, lundi depuis Ghardaia, à unifier les méthodes et programmes d’enseignement coranique, en conformité avec le référentiel religieux national basé sur la modération, la tolérance et le juste milieu.

S’exprimant à l’ouverture du troisième colloque national sur « L’enseignement coranique », tenu au siège de la wilaya, le ministre a indiqué que les deux colloques tenus précédemment à Ghardaïa ont permis à cette région de devenir une « citadelle de la jurisprudence » pour une méthodologie d’enseignement coranique unifiée, basée sur une démarche participative avec l’ensemble des acteurs du champ religieux à travers l’ensemble du territoire national. Ces méthodes d’enseignement, qui seront unifiées, permettront de renforcer l’unité doctrinale et les constantes religieuses inscrites dans le référentiel du pays, a-t-il souligné. « Notre référentiel religieux, basé sur la culture de la modération et du juste milieu, a permis à l’Algérie de se prémunir contre les tentations de l’extrémisme. Nous devons mettre en place une méthodologie et des programmes d’enseignement coranique authentiques et unifiés dans nos écoles », a-t-il soutenu. Et d’ajouter : « L’Algérie, qui œuvre à promouvoir un islam tolérant en conformité avec l’identité de la Oumma islamique, et qui a pu vaincre l’extrémisme, est devenue un symbole et un exemple pour d’autres pays. » Parlant de l’importance de cette troisième rencontre nationale sur l’enseignement coranique, M. Aïssa a indiqué que des propositions concrètes seront élaborées pour unifier les méthodes et programmes d’enseignement coranique, conformément aux préceptes énoncés dans le Livre sacré, le Coran. Dans une déclaration à la presse, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a annoncé que cent imams seront envoyés en France, dix au Canada et cinq en Allemagne, pour diriger les prières de « Tarawih » durant le mois de Ramadhan prochain. Le ministre a également appelé, à la veille du mois de Ramadhan, à la solidarité et à l’entraide entre les familles pour soulager les familles démunies, conformément aux enseignements de l’Islam « notre dénominateur commun ». Le troisième colloque national sur l’enseignement coranique, organisé par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, en collaboration avec la wilaya de Ghardaïa, a réuni, durant une journée, une pléiade d’oulemas, penseurs et universitaires de différentes wilayas du pays pour débattre de l’unification des méthodes d’enseignement du Coran, en mettant en valeur la méthode ancestrale de lecture de la parole divine (une lecture collective). Les participants à cette rencontre ont débattu aussi, en ateliers, de la réforme de l’enseignement coranique, son avenir et sa modernisation, en s’inspirant de l’Islam modéré et de juste milieu, selon les organisateurs. Le ministre a inspecté plusieurs chantiers afférents à son secteur, particulièrement celui du nouveau Centre culturel islamique à Bouhraoua (Ghardaïa), en voie de finition, une école coranique, une mosquée et une zaouïa, dans la commune de Daïa Ben Dahoua, avant de visiter d’autres structures dans la vallée du M’zab, dans la soirée. Auparavant, Mohamed Aïssa avait honoré des imams et des personnalités religieuses de la région. (APS)*