Le procureur de la République près le tribunal de M’sila a requis, hier, deux ans de prison ferme et une amende de 100 000 DA à l’encontre de trois porteurs de drapeau berbère, interpellés le 21 juin dernier dans la même ville, apprend-on du collectif de défense. Il s’agit de Mokrane Rabah, Laifa Abdelhafid et Ferras Aghilas, poursuivis pour exhibition du drapeau berbère. Ces derniers ont été interpellés au 18e vendredi de mobilisation populaire.
Le juge prononcera son verdict le 29 du mois en cours, apprend-on des avocats de la défense. Comme tous les porteurs de drapeau berbère, les trois jeunes sont poursuivis pour «atteinte à l’unité nationale». Un délit énoncé dans l’article 79 du code des procédures pénales. Pendant la plaidoirie, les avocats ont plaidé l’innocence des inculpés. Pour eux, l’article 06 de la Constitution n’interdit pas l’exhibition publique d’une bannière identitaire ou culturelle, mais prévoit en contrepartie une peine en cas d’outrage au drapeau national prévu par l’article 146 du code pénal. Le déploiement du drapeau berbère «n’a rien d’attentatoire» à l’unité nationale.
M. K.