Le tribunal de première instance de Tipasa a prononcé, mardi, le report au 3 novembre prochain, du procès de l’ex-wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, accusé dans une affaire de corruption. Ce report a été décidé en réponse à une requête dans ce sens introduite par la défense de l’accusé, motivée par le besoin de «bien se préparer pour le procès», selon un avocat de Zoukh, dont le procès se déroule à Tipasa, selon la procédure de privilège de juridiction, sachant les faits de cette affaire se sont déroulés dans la wilaya d’Alger. Outre l’accusé principal Abdelkader Zoukh, qui comparaîtra devant la chambre correctionnelle près le tribunal de Tipasa, sont également cité un nombre de témoins dans cette affaire, dont l’ex-Directeur général de la sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, accusé dans d’autres affaires de corruption. L’ex-wali d’Alger est poursuivi pour «dilapidation délibérée de deniers publiques, par un fonctionnaire», «utilisation illégale de biens et deniers publiques qui lui ont été confiés de par sa fonction», «abus de fonction et violation des lois et règlements dans le but d’obtention d’avantages pour un tiers». Par ailleurs, le président de la chambre correctionnelle prés le tribunal de Tipasa a informé l’accusé Zoukh et sa défense, que celui-ci est, également, poursuivi dans une autre affaire programmée pour le 27 octobre prochain, au niveau du même tribunal, sans mentionner la nature des faits et accusations portées à son encontre. A noter que le Conseiller enquêteur près la Cour suprême avait précédemment ordonné, au titre de cette affaire de corruption, la mise sous contrôle judiciaire de l’accusé Zoukh, avant l’enrôlement de son affaire devant le tribunal de Tipasa, pour des raisons de privilège de juridiction. <