La juge des mineurs près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a ordonné le placement du mineur Chetouane Mohamed Arezki Said dans un centre spécialisé dans la protection des enfants, et ce après avoir constaté chez ce dernier « des comportements contraires aux mesures prises auparavant en sa faveur », a indiqué un communiqué du procureur de la République près la même juridiction. « En application des dispositions de l’article 11 du Code de procédure pénale et pour éclairer l’opinion publique sur l’évolution de l’affaire du mineur Chetouane Mohamed Arezki Said, le parquet de la République près le tribunal de Sidi M’hamed tient à préciser qu’en parallèle aux poursuites judiciaires engagées contre les prévenus majeurs impliqués dans l’exploitation et l’instrumentalisation du mineur susnommé, il a été procédé en date du 05/04/2021 à l’ouverture d’un dossier relatif à l’enfant mineur, exposé à un danger moral, devant la juge des mineurs qui avait décidé pour l’intérêt de l’enfant, de le remettre à sa mère en tant que mesure de protection prévue par la loi, notamment la loi sur la protection de l’enfance, en ordonnant à sa mère de prendre toutes les mesures nécessaires à sa prise en charge et de veiller à son éducation », lit-on dans le communiqué. En dépit de cette mesure, ajoute la même source, « il a été constaté chez le mineur des comportements contraires aux mesures décidées en sa faveur par la juge des mineurs, et ce après avoir observé sa participation à des marches non autorisées en compagnie de personnes majeures et la poursuite de son exploitation et instrumentalisation ». « Vu les réquisitions du parquet, Madame la juge des mineurs a procédé en date du 25/04/2021, au changement des mesures prises à l’encontre de l’enfant mineur en ordonnant son placement dans un centre spécialisé dans la protection des enfants », conclut la même source.