Une peine de quatre ans de prison ferme assortie d’une amende de 200.000 DA a été requise ce mercredi par le parquet près le tribunal de Sidi M’hamed à l’encontre du militant et porte-parole de « l’Union démocratique et sociale (UDS, non agréée) », Karim Tabbou. Ce dernier est en détention provisoire le 12 septembre dernier à la prison de Koléa (Tipasa), est poursuivi pour « atteinte au moral de l’Armée » et à « l’unité nationale », et « incitation à la violence ».

Plus de détails sa nos prochaines éditions