Le procureur de la République près le tribunal de Chéraga (Alger) a requis, mercredi, une peine de deux ans de prison ferme et une amende de 50.000 DA à l’encontre de la présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP), Naïma Salhi.

L’accusée est poursuivie pour atteinte à l’unité nationale et diffusion de publications racistes susceptibles de porter atteinte à l’intérêt du pays.