L’Organisation internationale du Travail (OIT) a ajourné à 2021 la prochaine session annuelle de la Conférence internationale du Travail, initialement prévue du 25 mai au 5 juin à Genève, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué publié sur son site web. Cette décision a été prise en considération des «sévères restrictions de voyage prises à l’échelle mondiale face à la pandémie et de la nécessité de veiller à la santé et au bien-être des délégués et des membres du personnel», a justifié l’institution onusienne, en précisant que la 109e session de la Conférence aura lieu donc en juin 2021. Par suite de cette décision, les 338e et 339e sessions connexes du Conseil d’administration de l’OIT, prévues respectivement pour les 25 mai et 6 juin 2020, n’auront pas lieu non plus, a-t-elle encore indiqué.. Par ailleurs, elle a assuré qu’en dépit du report de la Conférence, l’OIT et l’ensemble de ses bureaux dans le monde poursuit ses activités et continue de travailler en étroite collaboration avec ses mandants, ses partenaires du développement et avec le système multilatéral. «L’Organisation déploie des efforts considérables pour proposer des réponses stratégiques et techniques à la pandémie, dans l’urgence et à plus
long terme», a-t-elle ajouté. La Conférence internationale du Travail se réunit une fois par an à Genève (Suisse) pour discuter des principales questions relatives au monde du travail, pour élaborer et adopter les normes internationales du travail et contrôler leur application. Elle rassemble les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs des 187 Etats Membres de l’OIT.<