Par Bouzid Chalabi
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale semble se spécialiser dans les petites phrases. Après sa déclaration sur la France au Conseil de la nation (Sénat), il s’est illustré hier par une nouvelle ruade verbale, cette fois contre les fonctionnaires «faiseurs d’obstacles» et «bureaucrates».
En effet, le ministre du Travail El Hachemi Djaaboub a exhorté l’ensemble des cadres de son secteur et, particulièrement, les directeurs de l’emploi de wilaya à se mobiliser davantage et redoubler d’efforts pour mettre fin aux pratiques bureautiques. «Elles sont à l’origine de la perte de confiance du citoyen envers son administration», déplore le ministre. C’est lors de son allocution à l’ouverture des travaux des directeurs de l’emploi de wilaya qui se sont tenus, hier à Alger, sous le thème «Pour de meilleures prestations de service public». Toujours à propos de la bureaucratie, le ministre n’ira pas par quatre chemins pour confier que «le secteur de l’emploi s’est retrouvé face à des obstacles bureaucratiques de certains fonctionnaires et responsables qu’il a qualifiés de «malades mentaux et dépourvus du sens de la responsabilité et de nationalisme». A ce propos, Djaaboub dira : «Ces mêmes pratiques empêchent le développement dans plusieurs secteurs, y compris le mien.» Devant cet état des lieux, le ministre a rapporté à l’auditoire toute la détermination de ses services à «numériser totalement» le secteur. Un défi, a-t-il dit, «sur lequel nous travaillons pour éliminer toutes formes de bureaucratie». A ce propos, il a fait savoir : «Nous nous attelons à nous enquérir sans relâche de la mise en œuvre des décisions prises à notre niveau et à celui du Gouvernement.» Précisant dans ce sens que l’importante opération de modernisation et de numérisation du secteur avançait à «pas sûrs». Saluant ainsi les efforts des cadres du secteur du travail et de la sécurité sociale. Toutefois, le ministre a signifié aux directeurs de l’emploi qu’«il vous est demandé de rendre effectives sur le terrain les mesures prises par le gouvernement dans le cadre de sa politique de l’emploi. Hachemi Djaaboub leur a, par ailleurs, enjoint d’être à l’écoute à la fois des demandeurs d’emploi et des opérateurs économiques dans le besoin de recruter du personnel. Comme il leur a exigé d’accélérer les délais de traitement des dossiers de demandes d’emploi afin d’éviter aux postulants de trop attendre et de remettre en doute l’efficacité de la politique de l’emploi en place. Toujours à propos du traitement des demandes, le ministre s’est montré très catégorique. «Il s’agira de mettre à égalité de chance les postulants à un poste d’emploi et surtout assurer la transparence dans la sélection des candidatures, car cela va de la crédibilité de nos services», a-t-il conclu.
Il importe enfin de rappeler qu’en termes de recherche de poste d’emploi, ce sont les primo demandeurs qui sont les plus nombreux, et c’est d’ailleurs cette catégorie sociale qui est le plus exposée au chômage. A titre de référence, il faut savoir que 78,8% des chômeurs ont moins de 35 ans et que ce sont les wilayas du Sud qui sont les plus déficitaires en termes d’opportunités d’emploi pour les jeunes.
Autant de données qui ont poussé les pouvoirs publics à initier des mesures pour changer la situation, car devenu le pouvoir de fixation du mouvement social dans différentes régions où les jeunes au chômage réclament plus de chance à l’emploi.