La ligne de chemin de fer devant reliant Alger capitale au nouvel aéroport international Houari-Boumediene a atteint un taux d’avancement de 98%.

C’est ce qu’a affirmé hier le ministre des Travaux publics et des Transports. Les travaux ont commencé il y a quatorze mois et sont en passe d’être bouclés dans quelques mois, le projet devant être livré en même temps que l’inauguration de la nouvelle aérogare.
La ligne sera relié au réseau ferré national à partir de la gare de Bab Ezzouar sur un linéaire de 2,8 km dont 1,6 km de tunnel réalisé sous la Rocade autoroutière sud reliant Dar el Beïda à Ben Aknoun. « Malgré un tissu urbain complexe et des réseaux souterrain denses d’électricité, de gaz et d’eau, nous avons pu dépasser toutes les entraves grâce à une coordination efficace entre les différents secteurs concernés. Aujourd’hui, la liaison par tunnel est totalement réalisée », a fait savoir le ministre.
Selon l’Agence nationale d’étude et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif), un départ de train est prévu toutes les demi-heures pour une capacité de transport de 18 000 à 20 000 passagers/jour. La gare aéroportuaire s’étend sur trois niveaux. Le premier, sous-terrain, comprend les quais, un deuxième en surface comprend les bureaux administratifs, les guichets de billetterie et d’information.
Quant au troisième niveau, il est doté de locaux commerciaux et de restauration, selon les explications des responsables du projet. La gare est équipée d’ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite, des escaliers mécaniques, des espaces verts. Un centre de sûreté y est également prévu, analogue à ce qui existe au niveau du Métro d’Alger. Les entreprises impliquées dans le projet sont l’Engoa, spécialisée dans les ouvrages d’art, Infra rail pour la pose des rails, l’Evsm pour le surfaçage et aplanissement de linéaire, Rail Elect pour l’électrification de la ligne ferroviaire, Estel pour signalisation et télécommunication et le bureau d’étude City Rail. Et elles sont toutes algériennes.
Pour rappel, une desserte de l’aéroport par métro est également prévue. Confiée à l’entreprise des grands œuvres d’art Cosider, sa livraison est prévue pour 2022.