Même si la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF) a réalisé, en 2016, un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de dinars pour le transport de 3,5 millions de tonnes de marchandises, tandis que dans le transport de voyageurs, son chiffre d’affaires a été de 2 milliards de dinars en ayant transporté 38 millions de voyageurs, son manque à gagner est de plus de 116 millions de dinars, en 2016, suite aux grèves du personnel et obstructions de voies ferroviaires par des manifestants, a fait savoir l’assistant du P-DG de cette entreprise, Abdelouahab Aktouche, dans un entretien à l’APS.

L’entreprise prévoit, par ailleurs, pour 2017, le transport de 9,5 millions tonnes de marchandises (chiffre d’affaires de 4 milliards de dinars) et de 46 millions de voyageurs (2,4 milliards de dinars), et vise un objectif de transporter entre 17 et 18 millions de tonnes de marchandises entre 2019 et 2020.
Les pertes de l’entreprise, indique le responsable, ont été induites par l’annulation de 2 267 voyages pour le transport de voyageurs (pertes de 66 millions de dinars) et l’annulation du transport de 100 000 tonnes de marchandises (plus 50 millions DA), précise-t-il. Ces grèves étaient liées aux revendications du personnel de cette entreprise publique telle l’évolution dans leur carrière et l’amélioration des conditions de travail dont notamment le volet sécuritaire pour ses agents. La SNTF a aussi payé le tribut des manifestations de citoyens qui recourent souvent à bloquer la circulation des trains pour se faire entendre. « Les pertes financières ne sont pas très significatives. Mais ce qui nous préoccupe ce sont surtout les pertes en termes d’image (crédibilité) vis-à-vis des voyageurs et pour les frets », déplore Aktouche. De surcroît, d’autres perturbations dans le transport ferroviaire étaient dues à des actes d’incivisme de citoyens à travers différentes wilayas, enregistrant179 actes de malveillance en 2016 contre 164 en 2015. A ce propos, il cite le non-respect du code de la route au niveau des passages à niveau, dont 229 sont illicites et sans signalisation, l’empiétement et la destruction des emprises ferroviaires par des travaux non autorisés et la pose de déchets ménagers le long des lignes ferroviaires. Selon le même responsable, la SNTF a recensé 1 500 passages à niveau sur un réseau de 3 800 km de lignes exploitées au niveau national, sachant que leur surveillance nécessite la mobilisation de plus de 7 500 agents, dépassant largement ses capacités financières. Sur les 17 autorails acquis en 2006, la SNTF en a perdu 7 dans des accidents survenus dans les passages à niveau sans compter les coûts de réhabilitation pour d’autres. Par ailleurs, 74 accidents de train ont été enregistrés en 2016 ayant causé 12 décès contre 78 accidents en 2015 (46 décès). Dans un autre registre, l’assistant du P-DG de la SNTF a affirmé que la société va poursuivre son programme d’acquisition et de réhabilitation de son parc de trains en 2017, qui s’étalera jusqu’à 2019. Ce programme prévoit l’acquisition de 10 nouvelles locomotives de transport de marchandises de type Electro Motive Diesel (EMD) en mars prochain et de 17 trains voyageurs de type Coradia en 2018 dans le but d’augmenter ses capacités de transport, précise le même responsable. Le même programme prévoit aussi la réhabilitation et la modernisation de 10 locomotives de transports de marchandises et de 52 voitures voyageurs durant l’année en cours.
Au total, 202 voitures « voyageurs grandes lignes »/jour, couchettes et banlieue sont en cours de réhabilitation au niveau de l’atelier de maintenance de Sidi Bel Abbès. Six unités prototypes ont été livrées fin 2016 en attendant la réhabilitation de 52 autres en 2017, de 77 en 2018 et de 67 en 2019.
Entré en vigueur en 2015 pour un délai d’exécution de 44 mois, en partenariat avec le groupement français Faiveley Tours et Compin SAS, le projet de réhabilitation et de modernisation des 202 voitures voyageurs est d’un coût de 80,5 millions d’euros. Il sera réalisé avec une main-d’œuvre 100% algérienne sous l’encadrement technique du groupement français, selon M. Aktouche. En outre, il est prévu l’acquisition de 17 trains de voyageurs bi-modes (diesel et électrique) du type Coradia en 2018 dont le contrat a été signé avec le constructeur français Alstom pour un montant global d’environ 200 millions d’euros. Le parc locomotives de transport de marchandises sera également augmenté de 20 unités cette année à travers l’acquisition de 10 locomotives neuves de type EMD (puissance 5 600 Chevaux) et la réhabilitation de 10 autres de type GE (puissance 2000 CV), sachant qu’en 2016, la SNTF a déjà mis en service 2 locomotives prototypes réhabilitées et a acquis 20 nouvelles locomotives du constructeur américain EMD.