Les transporteurs inter-wilayas (voyageurs et marchandises) vont pouvoir quelque peu souffler dans le sens où des aides financières leur seront accordées et prendront effet du mois d’août jusqu’au mois d’octobre prochain. Ainsi les propriétaires de bus vont bénéficier d’une aide de 30 000 DA par mois, soit au total 90 000 DA qu’ils percevront en deux tranches. Quant à leurs employés, c’est-à-dire les chauffeurs et les receveurs, l’aide a été fixée par le gouvernement à 10 000 DA par mois durant la même période sans précision sur la modalité de sa perception.
Mais toujours est-il que le président de l’Union nationale des transporteurs (Unat) Mohamed Bellal, contacté par Reporters hier, nous a fait part, après s’être félicité de la mesure d’aide, de quelques précisions sur le mode de perception de l’aide financière accordée aux propriétaires de bus assurant des liaisons inter-wilayas «afin que nos adhérent soient fixés», nous a-t-il souligné. Ainsi selon le président de l’Unat, une première tranche de 45 000 DA sera versée prochainement tandis que le reste, soit l’autre moitié, à partir de février 2021. Comme il a concédé que ces aides quoique «symboliques, seront d’un secours pour les transporteurs qui, depuis sept mois, accusent un manque à gagner considérable. Leur salut «serait de reprendre la route au plus vite», nous a témoigné Mohamed Bellal. Sur ce dernier point, il reste optimiste quant à la reprise de service des transporteurs de voyageurs dans les prochaines semaines. Il en veut pour preuve : «Le gouvernement se penche sur la question, c’est du moins ce que nous a rapporté le ministre du secteur Lazhar Hani lors de notre dernière rencontre avec les responsables d’organisations syndicales relevant du secteur des transports.» Faisant également savoir dans la foulée que les aides financières accordées ont été décidées suite à une réunion qui s’est tenue au siège de la Présidence le 21 septembre entre le Conseiller à la présidence et le bureau national de l’Unat afin de faire connaître les revendications et les préoccupations des transporteurs inter-wilayas.
Notons toutefois que les autorités peinent à prendre la décision d’un retour à la normale du transport inter-wilayas au moment où des voix s’élèvent pour sa rapide reprise. Ces derniers arguant qu’il suffit que le protocole sanitaire soit bien appliqué et sous contrôle permanent. Par contre, du côté des délégués syndicaux des transporteurs routiers des personnes et de marchandises on affiche de l’impatience devant le non-retour à la normale. Le ton s’est de plus élevé depuis que leur rencontre avec le ministre du secteur n’a rien donné. Du coup certains syndicalistes ont décidé d’organiser dans les jours qui viennent des mouvements de protestation afin de réclamer une solution à leur situation qui empire avec le prolongement de la suspension de leur activité depuis plusieurs mois à cause du Coronavirus. Un mouvement de protestation qui risque de ne pas connaître une grande adhésion dès lors où le gouvernement a décidé d’accorder des aides financières aux transporteurs comme indiqué ci-dessus. C’est ce que l’on connaîtra dans les prochaines semaines. <