Les membres du Club Export du World Center Algiers, qui se sont réunis avant-hier en soirée à Alger, ont accueilli  avec beaucoup d’enthousiasme  l’initiative de la compagnie aérienne Aigle Azur consistant en des rabais  sur les tarifs de fret.

C’est Yacine Benslimane, délégué général Algérie de la compagnie, qui l’a annoncé lors d’un discours qu’il a prononcé au cours d’une rencontre des membres du Club Export, consacrée au transport aérien des marchandises à l’export. «En décidant d’un fort rabais sur nos tarifs de fret, notre compagnie va ainsi accompagner et surtout encourager les exportateurs nationaux à multiplier leurs activités d’export», a souligné Yacine Benslimane.
Et d’ajouter dans ce sens : «Notre compagnie veut se mettre au diapason des besoins des exportateurs nationaux de différentes tailles.» Ce dernier a, par ailleurs, tenu à dire : «Je pense que vous trouverez chez nous la meilleure offre de fret et aussi d’autres commodités qui pourront vous permettre d’atteindre vos objectifs qui sont, j’en suis sûr, de scruter d’autres marchés extérieurs.» Et de lancer à l’assistance : «Aigle Azur s’engage à répondre à vos exigences ! »
Auparavant, Ahmed Tibaoui, (CEO) du World Trade Center Algiers et vice-président du FCE, a souligné dans son allocution : «Cette initiative d’Aigle Azur sera d’un grand apport aux exportateurs dans le sens où le coût élevé de la logistique freine l’activité des exportateurs, voire même les découragent.» Le vice-président s’est par ailleurs félicité de cette initiative car «elle intervient au moment où la nouvelle stratégie de l’Algérie est orientée vers les exportations hors hydrocarbures et la diversification de l’économie qui, d’ailleurs, faut-il admettre, sont un fait indéniable. Les exportations hors hydrocarbures demeurent le maillon faible de l’économie algérienne». Et d’ajouter : «Le transport aérien est un moyen efficace quand il s’agit d’exporter des produits frais en un temps très court. Et donc avec cette initiative d’Aigle Azur l’offre de fret aérien sera beaucoup plus importante. Ce qui est tout à la faveur des exportateurs qui, parfois, au-delà du coût élevé du fret aérien, n’arrivent pas à honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs clients étrangers, faute de disponibilité de capacité de transport dans les temps requis ».
Ce dernier partage l’avis des exportateurs, qui avancent que le coût du fret est élevé et, par voie de conséquence, rend les produits exportés pas très compétitifs sur les marchés extérieurs, «alors que leur haut niveau de qualité n’est plus à démontrer», a déploré Ahmed Tibaoui. Ce dernier reste enfin convaincu que l’année 2019 sera marquée «par une multiplication des volumes exportés, en témoignent les 20 tonnes de pommes de terre de la wilaya d’El Oued à destination du port de Marseille. Certes, ce n’est qu’une petite quantité, mais c’est un début ».
Rappelons que le Club Export du World Center Algiers compte organiser d’autres rencontres, toutes en rapport avec l’activité économique, comme l’a indiqué le responsable du Club Mahmoud Nedjaï. Ce dernier a, par ailleurs, indiqué : « Cette rencontre marque le début des travaux du Club Export pour l’Année 2019. C’est aussi une occasion de présenter les nouveaux membres et d’échanger sur les prochaines activités. »
A propos du Club Export, il y a lieu de savoir qu’il regroupe les entreprises qui ont réussi et celles qui souhaitent réussir à l’international. Il est sous la coupe du World Center Algiers, une antenne du réseau World Trade Center Association, implanté dans plus de 90 pays.

Yacine Benslimane, directeur général d’Algérie Aigle Azur  : « Créer de l’engouement  chez les exportateurs »
« Depuis que notre compagnie a obtenu, en septembre dernier, l’accréditation (ACC3) nécessaire pour le fret des marchandises depuis l’aéroport d’Alger vers le reste des destinations qu’elle dessert, nous nous attelons à réunir les conditions qui puissent drainer un maximum d’opérateurs exportateurs.
Pour ce faire, Aigle Azur a choisi le partenaire Altisa pour la commercialisation de son produit en Algérie. Ce partenaire a été chargé de vendre et prendre attache avec les clients potentiels en Algérie.
De plus, la compagnie a opté pour la réservation d’une partie de sa soute sur le fret sur les vols de passagers.
Et avec l’exploitation du nouveau A 330, notre offre a largement augmenté. Une opportunité pour les opérateurs car nous leur proposons davantage de potentiel d’exportation.
Et maintenant que nos prix ont été revus à la baisse, cela va certainement créer de l’engouement chez les exportateurs. »

Ali Bey Nasri, président de l’Association algérienne des exportations (Anexal) : « Il est urgent de rendre  moins coûteux le fret »
« Certes, j‘accueille favorablement la décision de la compagnie Aigle Azur de revoir ses tarifs de fret à la baisse, mais, toujours est-il, que cela reste insuffisant. Car il faut savoir que les coûts logistiques élevés rendent plus chères nos exportations et, par voie de conséquence, ont un impact non négligeable sur la compétitivité des produits algériens sur les marchés étrangers. Autrement dit, ce coût élevé du fret constitue un handicap à l’expansion des exportations hors hydrocarbures. Pourquoi ? Avec des coûts de transport supérieurs à 30%, il est impossible de se placer à l’externe. C’est pourquoi il est urgent de trouver une solution pour rendre moins coûteux le fret. Car comme je l’ai dit auparavant, l’aspect logistique est un élément très important qu’il va falloir maîtriser afin d’être compétitif sur les marchés extérieurs. En somme, si nous voulons rendre plus visibles les produits de l’économie du pays sur les marchés extérieurs, il faudra faire en sorte et de manière effective que la logistique soit moins coûteuse.