Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, a procédé hier à la mise en service commercial du premier train Coradia Algérie ainsi qu’à l’inauguration de la nouvelle gare ferroviaire Agha, dédiée aux grandes lignes qui seront desservies par les trains Coradia.

Accompagné du directeur général de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), Yacine Bendjaballah, et du vice-président sénior pour la région Moyen-Orient & Afrique auprès d’Alstom, Didier Pfleger, le ministre a fait savoir que ce train effectuera son premier voyage vers Oran aujourd’hui samedi.

Interrogé lors d’un point de presse sur les tarifs appliqués, M. Zaâlane a indiqué que pour ce qui est de la ligne Alger-Oran, le prix sera de 2 000 DA pour la première classe, avec un repas offert alors qu’il sera de 1 700 DA pour la deuxième classe avec également un repas offert.
Le ministre a tenu à signaler que la livraison du reste des trains, au nombre de 17 se fera dans le courant de l’année 2018. Il a, à ce titre, rappelé la réception, le 1er mars courant de deux autres trains Coradia.
Pour rappel, en juillet 2015, la SNTF avait attribué à Alstom un contrat pour la livraison de 17 trains Coradia polyvalent. Ces trains relieront, entre autres, Alger aux villes d’Oran, Annaba, Constantine et Bechar.
A noter que Coradia est un train de grandes lignes polyvalent bi-mode (diesel et électrique 25 kv) qui peut circuler à une vitesse de 160 km/h.
D’une longueur totale de 110 mètres, le train est composé de six voitures dotées d’une capacité totale de 254 sièges dont 60 en première classe.
Il dispose également d’un plancher bas facilitant l’accès et le déplacement à bord en particulier pour les personnes à mobilité réduite.
Son aménagement s’inscrit dans les derniers développements engagés par la SNTF permettant d’offrir un confort optimum de voyage. Ainsi, M. Zaâlane a saisi cette occasion pour mettre l’accent sur l’importance de préserver ces acquis.
D’où, selon lui, l’impératif de lancer davantage de campagnes de sensibilisation. Pour sa part, le premier responsable de la SNTF a mis l’accent sur l’impératif de la sensibilisation pour inculquer la culture du respect du train, et ce, dans le but de réduire les actes de malveillance particulièrement les phénomènes de jet de pierres, une situation qui peut, selon lui, endommager le matériel voire le détruire.