Le groupe Sonatrach a mis en service, hier, un centre de supervision des pipelines, permettant d’avoir des informations en temps réel sur les opérations d’exploitation sur l’ensemble du réseau de transport par canalisation du pétrole et du gaz en Algérie. Ce centre, implanté au niveau du siège de la direction du TRC à Sidi Arcine (Est de la capitale), est en charge de suivre l’activité sur un réseau d’une longueur de 21 000 km de canalisations assurant une capacité de transport de 405 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP)/an, articulé autour de 43 canalisations dont 23 gazoducs.
Il s’agit d’une infrastructure «stratégique» qui entre dans le cadre de la politique de transition numérique et représente une nouvelle étape franchie par Sonatrach dans la modernisation de la gestion de toutes ses infrastructures dans le but d’augmenter la production et de la maîtriser, a indiqué le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, lors d’une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de lancement officielle.
Le ministre a relevé, dans ce sens, «l’importance» de ce centre dans la gestion de l’ensemble de la chaîne de valeur du transport par canalisation des hydrocarbures, à commencer par la production, en passant par les centres de stockage pour arriver aux centres d’exploitation. Il a mis en exergue également la maîtrise technologique affichée par Sonatrach qui est «la quatrième entreprise mondiale en matière de production de gaz, 12e en termes de production de pétrole et leader continental dans le domaine des hydrocarbures».
Pour sa part, le PDG de Sonatrac, Toufik Hakkar, a précisé qu’avec ce centre, Sonatrach bénéficiera d’une vue «centralisée» de toutes les opérations de transport du pétrole, condensat, gaz de pétrole liquéfié (GPL) et gaz naturel, une opération devenue possible grâce à l’utilisation des outils de numérisation et de technologies de «dernière génération», qui permettent d’avoir «des donnés opérationnelles, globales, détaillées et instantanées», en matière de pression et de températures des équipements utilisés. Ce «premier pas sera suivi de plusieurs autres afin de réaliser la transition numérique du groupe», souligne M. Hakkar.
De son côté, le vice-président de l’activité TRC de Sonatrach a expliqué que ce centre de supervision permet une prise de décision «rapide» sur la gestion du flux des hydrocarbures transportés par canalisation, grâce à une remonté des donnés «en temps réel». «Nous pouvons, éventuellement, dans une optique d’optimisation du réseau, prévoir des passerelles notamment avec la société nationale Sonelgaz pour optimiser toute la chaîne», a indiqué M. Melaika.