Par Sihem Bounab
Dans le cadre du renforcement de son plan de programme de vols vers l’international pour cette année 2022, la compagnie aérienne nationale, Air Algérie, a annoncé un vol supplémentaire l’Algérie-Moscou tous les mardis, ce qui porte le nombre de vols vers la capitale russe à deux vols par semaine, les mardis et vendredis.
Cette annonce vient compléter l’annonce du ministère des Transports, mercredi dernier, du programme complémentaire des vols vers l’international entré en vigueur depuis le 10 août dernier. «En application de la décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui prévoit notamment la promotion du transport aérien des voyageurs durant la saison estivale 2022», précise le communiqué du ministère des Transports.
Il est à noter que la réouverture des dessertes vers de nombreuses villes africaines entre dans le cadre de la stratégie tracée par l’Etat de faire de l’aéroport d’Alger un hub entre l’Afrique et l’Europe.
Une trentaine de vols ont ainsi été ajoutés au programme sur plusieurs destinations pour les compagnies aériennes Air Algérie et Tassili Airlines. Il est à souligner qu’en vertu du principe de réciprocité, les compagnies étrangères des pays concernés obtiendront le même quota de vols.
Ce nouveau programme de vols est marqué par la réouverture des lignes aériennes qui étaient fermées, à l’instar d’Alger-Vienne, avec deux vols par semaine, Alger-Lisbonne avec deux vols par semaine, Alger-Niamey deux vols par semaine, Alger-Abidjan un vol par semaine, Alger-Ouagadougou avec un vol par semaine, Alger-Bamako avec un vol par semaine et Alger-Libreville avec un vol par semaine. Dans son communiqué, le ministère des Transports informe, par ailleurs, que le président de la République Abdelmadjid Tebboune a ordonné l’ouverture de liaisons aériennes avec l’Afrique du Sud, l’Ethiopie et la République du Congo.
En outre, concernant le nombre de rotations hebdomadaires, la destination qui a vu son nombre de vols fortement augmenter est la Turquie, porté à 14 par semaine. Il est à noter la réouverture des lignes à partir des villes Oran, Annaba et Constantine vers Istanbul à raison de deux vols par semaine.
La destination Tunisie, qui reste très prisée durant cette saison estivale, malgré la diminution marquée des touristes algériens cet été, a, quant à elle, était renforcée par l’ajout de 7 vols par semaine, portant ainsi le nombre à 14 vols par semaine entre Alger et Tunis.
Les dessertes vers les villes Francfort et Dakar ont également été renforcées par l’ajout d’une nouvelle desserte par semaine, ce qui porte le total à 6 vols par semaine dont 2 opérés par Tassili Airlines pour la ligne Alger-Francfort et à 3 vols par semaine pour la ligne Alger-Dakar. Quant à la destination d’Alger vers Doha, elle a été renforcée par deux nouveaux vols par semaine.
Par ailleurs, la politique d’intransigeance face aux abus de pouvoir de certains responsables d’Air Algérie a, une nouvelle fois, été appliquée tel un énième avertissement pour mettre fin notamment au phénomène des avions décollant quasiment vides alors que des passagers munis de billets se voient contraints d’être cloué à terre. En effet, la chaîne de télévision arabophone «El Hayat TV» a annoncé, jeudi dernier, que deux employés d’Air Algérie sont en détention provisoire tandis que trois autres sont sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction du tribunal de Senia, à Oran. Les mis en cause sont notamment poursuivis pour abus de fonction.
Pour rappel, lors de sa dernière rencontre périodique avec la presse nationale, le président Tebboune a évoqué l’affaire d’un avion ayant décollé d’Oran à destination d’Adrar avec une centaine de sièges vides, et ce, au moment où des passagers cherchaient désespérément une place. Une dizaine de jours après l’indignation du président de la République face à un tel comportement de la part de responsables de la compagnie nationale, les sanctions sont tombées.
Une affaire judiciaire sur la mauvaise gestion de la part de certains responsables d’Air Algérie qui vient s’ajouter aux dossiers difficiles que doit gérer le nouveau PDG d’Air Algérie, Yacine Benslimane, qui a été confronté dès son premier mois d’installation à plusieurs affaires difficiles dont celle de l’aéroport de Londres, Heathrow, où, dépourvue d’une assistance au sol, Air Algérie a dû quitter cette enceinte et contrainte de transférer en partie ses vols vers London Stansted. Ainsi que l’incendie qui a ravagé le centre catering à l’aéroport d’Alger occasionnant d’importantes pertes matérielles et qui a fortement perturbé les prestations d’Air Algérie à bord de ses avions. n