L’application des dernières décisions gouvernementales relatives à l’octroi de la publicité publique aux médias sera prise en charge par une commission qui sera mise en place dans les prochains jours. C’est ce qu’a indiqué le nouveau ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassane Rabehi, une semaine après la tenue d’une réunion du nouveau gouvernement consacrée à plusieurs dossiers, dont celui ayant trait à l’adoption de «la transparence et de l’objectivité dans l’attribution de la publicité publique, sans exclusion,
ni discrimination aucune entre l’ensemble des médias publics et privés».

Par Feriel Nourine
Dans cette perspective,
M. Rabehi a été chargé d’examiner et de mettre en œuvre les outils et mécanismes juridiques, réglementaires et procéduraux dans l’objectif de sa régulation. D’où cette commission qu’il a annoncée, mardi, alors qu’il se trouvait en visite à l’Agence nationale d’édition et de publicité (Anep).
«J’ai donné des instructions fermes aux responsables de l’Anep pour trancher quant à l’exécution des décisions du gouvernement (octroi de la publicité), à travers la mise en place d’une commission constituée de personnalités ayant les compétence requises pour se concerter avec tous les partenaires du secteur public et privé», a fait savoir le ministre, précisant que les décisions prises s’inscrivaient dans le cadre d’un plan de travail à même de répondre aux préoccupations du secteur.
La commission sera mise en place «dans un cadre de concertation élargie quant à sa composante humaine ainsi qu’à ses attributions», a-t-il expliqué, soulignant que cette démarche verra également la «mise en place d’un Conseil de l’éthique et de la déontologie» pour consacrer les principes d’une distribution transparente et objective de la publicité publique dans les médias. Le gouvernement a «du respect pour tous les médias algériens (publics et privés)», a poursuivi le ministre, les appelant à agir dans «le sens de l’intérêt national».
Interrogé sur les fake news, M. Rabehi a émis le vœu que «l’opinion nationale de manière générale fasse attention à ces informations erronées, dont l’objectif justement est de la manipuler et de créer un climat négatif qui n’est pas au service de la stabilité et de l’unité du pays». Il a aussi souhaité que toute la presse nationale (publique et privée) fédère ses énergies pour se constituer en «un front» à même de défendre les intérêts supérieurs du pays, de sorte que cette presse aux «intentions néfastes» n’ait pas d’«impact négatif sur le moral de nos concitoyens». «Nous avons besoin de rassurer nos concitoyens. L’Algérie est un pays important qui recèle des ressources humaines et naturelles très importantes, ayant une opinion (publique) très vivace, qui a prouvé, à travers des marches pacifiques, qu’elle était très attachée aux valeurs de ce pays, avide de développement économique, social et politique», a-t-il noté. n