Il ressort de la journée sur l’économie d’énergie que le gouvernement, à travers un département ministériel dédié, est en train d’élaborer une stratégie en matière de transition énergétique incluant le développement des énergies renouvelables et la maîtrise de la consommation d’énergie via la finalisation d’un modèle de consommation énergétique plus rationnel. Dans cette feuille de route, il s’agit, en particulier, de freiner la consommation de diesel très toxique, prédominante dans la consommation des carburants à travers, à court terme, le dual fuel, c’est-à-dire des véhicules roulant au diesel et au GPL, et l’introduction sur le marché de véhicules électriques dans deux ans. En matière d’énergies renouvelables, il ne s’agit pas de réaliser de grandes installations mais de moyennes et de petites installations réparties à travers le territoire national. Sonelgaz, elle, développera l’hybridation gas oil solaire dans ses centrales au Sud. Le hors réseau sera développé également, c’est-à-dire l’utilisation de l’énergie solaire, notamment dans l’irrigation agricole (pompes solaires), l’électrification rurale et les ménages incités à produire de l’électricité à partir du solaire. Sonatrach avec un programme de 1 300 MW d’énergie solaire compte utiliser cette ressource renouvelable pour produire de l’énergie dont ont besoin ses gisements au lieu du gas oil ou du gaz. Elle compte également s’impliquer dans la réalisation pour le compte du programme du gouvernement de centrales photovoltaïques. Quant au président du Cnes, Redha Tir, il a indiqué que le Conseil économique et social, conseiller du gouvernement, est en train de choisir les 200 membres du Cnes, qui constitueront sa composition. Ils seront choisis parmi les représentants du patronat, des syndicats, de la société civile, des docteurs d’Etat dont certains sont méconnus, comme un Docteur de la fameuse université de Yale. Toutes les wilayas seront représentées. Les jeunes seront en grand nombre parmi les membres du Cnes. « Je compte réaliser la parité à 50% femmes », a-t-il ajouté. Il a rappelé que le Conseil réalise des études sur différents sujets importants pour le compte du gouvernement. Le Cnes compte réaliser après la constitution de sa composante des sessions sur différentes problématiques économiques et sociales comme cela se faisait auparavant. Il a indiqué que grâce à une plateforme numérique, tout citoyen pourra prochainement saisir le Cnes sur une problématique constituant une préoccupation des Algériens. K. R.