Par Feriel Nourine
Nouvellement créé, le Haut conseil de l’énergie est chargé de plusieurs missions en matière de politique énergétique et de stratégie à adopter pour un secteur classé pivot de l’économie nationale.
Il s’agit notamment de la préservation, le renouvellement et le développement des réserves nationales en hydrocarbures, et le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre des plans à long terme pour le développement des infrastructures de production, de transport, d’approvisionnement, de stockage et de distribution des produits énergétiques.
Les missions du HCE sont multiples, dont celles liées à la transition énergétique qui constitue un défi majeur pour le pays. Sur ce registre, le HCE est appelé à suivre l’introduction et le développement des énergies nouvelles et renouvelables, de sorte à ce que cette transition s’opère vers un nouveau modèle national de production et de consommation d’énergie en fonction des ressources énergétiques et minières nationales.
C’est même cette transition énergétique derrière laquelle l’Algérie court depuis des années, sans piste crédible, qui semblent dicter la création d’une instance de ce rang, appelée à évoluer sous l’autorité du président de la République, faut-il le souligner.
Si les gouvernements qui se sont succédé ces dernières années n’ont pas cessé d’afficher leur détermination à concrétiser le projet de la transition énergétique par la voie des énergies nouvelles et renouvelables, notamment le solaire, sur le terrain de la pratique, cette détermination s’est constamment faite désirer et les avancées sont bien loin des engagements des pouvoirs publics.
Les projets lancés à ce jour se comptent sur les doigts d’une seule main, et concernent principalement le programme de conversion de 150 000 véhicules au GPL, la commercialisation et l’utilisation de 1 million de lampes LED et le lancement de l’appel d’offres pour la réalisation du projet de production de 1.000 MW en énergie solaire, dénommé «Solar 1000 MW».
C’est dire combien le chemin vers la transition énergétique est encore long à parcourir. A moins que ceux qui en ont la charge en fassent réellement une mission cardinale.