«C’est un manque absolu de respect envers l’Atlético Madrid et ses fans.» Dans un communiqué, les Colchoneros ont fustigé l’attitude du FC Barcelone coupable à leurs yeux de parler publiquement de l’avenir de Griezmann à quelques jours de la finale de la Ligue Europa.

Les relations se tendent entre l’Atlético de Madrid et le FC Barcelone. Le club madrilène a sévèrement critiqué le Barça qui compte lever la clause libératoire d’Antoine Griezmann, fixée à 100 millions d’euros. «La position de l’Atlético Madrid est très claire et a été rendue publique à de nombreuses reprises. Nous n’avons jamais négocié pour Griezmann et nous n’avons aucune intention de le faire», a tonné Miguel Angel Gil Marín, directeur général de l’Atlético, dans un communiqué. «Nous en avons assez de l’attitude de Barcelone», a-t-il ajouté.
Pourtant, les récentes déclarations, volontaires ou non, de Luis Suarez, l’attaquant blaugrana, laissent peu de doute sur l’intérêt affirmé du club catalan pour l’attaquant français arrivé à Madrid à l’été 2014 en provenance de la Real Sociedad. «J’ai déjà dit personnellement, il y a quelques mois, au président de Barcelone (Josep Maria Bartomeu) que les droits du joueur ne sont ni en vente, ni à vendre. Je lui avais aussi précisé que sa conduite inappropriée était contraire à l’intégrité de la compétition», a lâché le dirigeant madrilène, actionnaire majoritaire du club, très remonté. «Qu’un président, un joueur et un membre du conseil s’expriment comme ils l’ont fait sur l’avenir d’un joueur avec un contrat existant et quelques jours avant de disputer une finale européenne, c’est un manque absolu de respect envers l’Atlético Madrid et ses fans».

Le numéro 7 pour Griezmann au Barça ?
Selon la radio, La Cope, Barcelone a déjà prévu de réserver le numéro 7, libre au sein du vestiaire catalan, à sa nouvelle recrue.
De son côté, la Cadena Ser fait état d’un coup de téléphone entre Josep Maria Bartomeu, président du Barça, et Enrique Cerezo, son homologue de l’Atlético, pour annoncer les intentions barcelonaises. Interrogé à ce sujet mardi à la mi-journée, Cerezo s’est montré évasif, refusant d’alimenter les spéculations grandissantes.»Je vais vous dire une chose. Antoine Griezmann est un joueur de l’Atlético Madrid, que je sache, au jour où on se parle. Je ne peux rien vous dire de plus parce que je ne sais rien de plus», a dit le dirigeant au micro de la chaîne espagnole Gol TV.
Lundi, c’est «Mundo Deportivo» qui nous apprenait que l’Atlético Madrid était prêt à proposer une revalorisation salariale à hauteur de 20 millions d’euros à Antoine Griezmann pour le convaincre de poursuivre l’aventure dans la capitale espagnole. Selon la même source, les Colchoneros, qui voudraient faire passer la clause libératoire de leur attaquant à 200 millions d’euros, auraient déjà un accord de principe avec son remplaçant: un certain Edinson Cavani.