Par Bouzid Chalabi
Les opérations douanières de saisies et le montant des perceptions recueillies par l’administration des Douanes algériennes ont connu une légère hausse durant l’année écoulée. C’est ce qu’a révélé Adel Habsa, directeur de la législation, de la réglementation douanière auprès de la Direction générale des Douanes sur les ondes de la radio nationale lors de son passage hier au micro de la Chaîne I.
Ce dernier a indiqué, à cette occasion, que les Douanes algériennes ont mené plus 1 200 opérations en 2021 qui se sont soldées par la saisie de plus de 500 000 euros et 1,4 million de comprimés psychotropes ainsi qu’un nombre important de véhicules. Concernant le montant global des perceptions inhérentes aux droits de douanes collectées durant l’année écoulée, Adel Habsa a précisé qu’il s’est élevé à plus de 1 036 milliards de dinars. Des perceptions qui, selon l’invité de la Chaîne I, vont au Trésor public. Dans ce même registre des revenus douaniers, il a fait remarquer qu’ils sont en légère hausse par rapport à l’année 2020 où les services douaniers ont pu percevoir 1 000 milliards de dinars. Pour Adel Habsa «cette augmentation du montant des perceptions résulte des objectifs tracés par la Direction générale et inscrits dans le cadre de la loi de finances complémentaires 2021».
A propos de la loi de finances 2022 et ce qu’elle apporte de plus au secteur des Douanes, le directeur de la réglementation a souligné qu’elle contient plusieurs mesures dont une nette clarification dans la gestion des affaires de douanes. «Ce qui va permettre à notre institution de pouvoir exécuter ses tâches de manière optimale», a-t-il expliqué. Dans ce même ordre d’idées, le directeur de la réglementation fera savoir que «le texte de loi prévoit également d’autres aménagements visant à régler la situation des marchandises en souffrances dans les différents entrepôts et zones de transit.» Abondant dans ce sens, «ce dispositif devrait donc permettre aux autorités douanières de pouvoir dorénavant agir rapidement tout comme d’avoir la possibilité d’émettre les demandes de vente avant que la justice se prononce».
Evoquant le projet de numérisation de la gestion et du traitement des déclarations, il a annoncé que la Direction générale des Douanes l’a approuvé. Expliquant à ce propos : «Le programme vise à numériser toutes les procédures douanières pour qu’elles soient transparentes, rapides et intégrées.» Concernant sa faisabilité, il a indiqué que le projet en question va se réaliser en trois phases distinctes. «La première va consister en la mise en place d’une banque d’informations, tandis que la seconde portera sur la mise en liaison de cette banque avec l’ensemble des directions des Douanes du pays visant à une parfaite coordination entre les services douaniers. Et pour la troisième phase, elle sera consacrée à l’élaboration d’un logiciel qui se fera en plusieurs étapes. La première étape du génie civil vient d’être achevée», a-t-il enfin expliqué. <