Alors que l’Assemblée nationale débat à l’heure actuelle du projet de loi sur le commerce électronique, le directeur général du Groupement d’intérêt économique de la monétique (GIE monétique), Madjid Messaoudène

, a fait savoir hier, sur les ondes de la Radio nationale, qu’une centaine de milliers de paiements électroniques portant sur des transactions commerciales ont été effectués en 2017.

Des paiements effectués à travers les plates-formes de 18 web marchands, pour la plupart de grands facturiers, alors que ceux faits auprès des commerces, par les terminaux de paiement électronique, ils se situent à moins de 100 000, sur 1,5 million de cartes bancaires en circulation – hors celles d’Algérie Poste – le cash étant le moyen de paiement prédominant. A titre indicatif, en matière de retraits, une moyenne de plus de cinq millions de transactions de retrait par an est enregistrée, représentant un volume de plus de 47 milliards de dinars, sachant que l’ensemble du réseau interbancaire est servi par quelque 2 000 GAB (guichet automatique de banque), ceux d’Algérie Poste inclus.
Toutefois, l’année 2018, estime M. Messaoudène, devrait être marquée par une large propagation des paiements électroniques à la faveur de la disposition de la loi de finances 2018 qui « oblige » tout agent économique, qui offre des biens ou des services à des consommateurs, de mettre à leur disposition des TPE pour leur permettre de régler le montant de leurs achats par carte de paiement électronique. S’exprimant sur la sécurisation du système d’e-paiement, M. Messaoudène assure que les risques de piratage des données des titulaires de cartes sont quasiment impossibles compte tenu que ce système bénéficie de standards internationaux en matière de sécurité. « Nous travaillons depuis longtemps sur la sécurisation de ces opérations parce qu’il faut tout d’abord donner confiance à ce système en veillant à ce que l’utilisateur de ce type de paiement doive être rassuré que son compte et, donc, son argent soient sécurisés », a-t-il affirmé.
Côté grandes entreprises, il faut rappeler que les grands facturiers tels Sonelgaz, Algérie Télécom, Mobilis, Air Algérie, Société des eaux et d’assainissement d’Alger (SEAAL), Djezzy, Oeredoo et des compagnies d’assurance proposent déjà des services de paiement en ligne.