Les mesures de prévention contre la propagation du coronavirus montent crescendo, notamment à travers la suspension des dessertes aériennes et maritimes de et vers l’Europe, considérée comme le foyer principal de la pandémie, mais également vers six pays d’Afrique et 5 autres pays du monde arabe (Tunisie, Egypte, EAU, Qatar, Jordanie).

La suspension du trafic aérien et maritime vers les pays du Vieux continent prend effet à partir de jeudi, alors qu’une mesure similaire a été déjà annoncé pour les dessertes vers la France effective à partir d’aujourd’hui.
Depuis hier, la suspension des dessertes de et vers l’Algérie concerne également plusieurs pays africains à partir de jeudi. S’agissant de la mesure de suspension des dessertes vers l’Europe, la décision a été communiquée hier sur instruction du Premier ministre Abdelaziz Djerad.
« En application des directives du Président de la République, à l’effet de renforcer les mesures de prévention contre la propagation du Coronavirus sur le territoire national, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a instruit le ministre des Travaux publics et des Transports en vue de procéder à la suspension temporaire des dessertes de voyageurs aériennes et maritimes à destination ou en provenance des pays de l’Europe et ce, à partir du 19 mars 2020 », indique un communiqué des services du premier ministère. « Cette suspension exceptionnelle, recommandée par les autorités sanitaires nationales, sera accompagnée par un dispositif de rapatriement de nos citoyens voyageant actuellement dans les pays concernés selon les conditions et modalités qui seront fixées par les compagnies de transport aériennes et maritimes », précise la même source.
Auparavant, c’est-à-dire dimanche, c’est la décision de suspendre les liaisons entre l’Algérie et la France qui a été prise par Abdelaziz Djerad et son homologue français, Edouard Philipe, une mesure applicable à partir de ce mardi. Les mesures de prévention ont touché depuis hier le trafic aérien vers et à partir de plusieurs pays africains suspendu « temporairement ». En effet, les dessertes aériennes de voyageurs à destination ou en provenance de Nouakchott, Bamako, Niamey, Dakar, Abidjan et Ouagadougou seront suspendus et ce, à partir du 19 mars 2020.
« Cette suspension exceptionnelle, recommandée par les autorités sanitaires nationales, sera accompagnée d’un dispositif de rapatriement de nos citoyens voyageant actuellement dans les pays concernés selon les conditions et modalités qui seront fixées par la compagnie Air Algérie », souligne le premier ministère.
Air Algérie a annoncé que le recours au remboursement des billets au profit de ses clients est possible jusqu’à la fin 2020, affirmant qu’aucun déplacement immédiat au niveau des points de ventes n’est nécessaire. « Air Algérie rassure son aimable clientèle impactée par la limitation du programme de vols, en application des mesures de prévention de la propagation du coronavirus (COVID-19) que l’utilisation des billets d’avion (déjà achetés) se fera sans frais et sans aucun document supplémentaire dès la reprise des vols pour les voyageurs jusqu’au 15 juin 2020 », a indiqué la compagnie nationale dans un communiqué. Air Algérie, a aussi rassuré que le recours au remboursement des billets est possible jusqu’au 31 décembre 2020, précisant qu’il
« n’est autorisé qu’au niveau du point d’achat initial », notant qu’aucun « déplacement immédiat au niveau des points ventes n’est nécessaire ».

Fermeture temporaire des marchés et des grandes surfaces commerciales

Dans le cadre des mesures de prévention contre l’avancée du coronavirus, des marchés populaires et autres grandes surfaces commerciales à forte fréquentation populaire ont été fermés depuis hier.
C’est le cas notamment de la quasi-totalité des lieux des activités commerciales et de loisir dans la wilaya de Blida, foyer principal de la pandémie, suite à une décision du wali de procéder à la fermeture de ces espaces « à titre conservatoire ».
« Cette mesure d’intérêt général englobe, également, la fermeture des cybercafés, salles de fêtes, hammams et salles de sports, entre autres », a précisé, hier, le chef du cabinet du wali de Blida, Aït Ahmed Tahar, signalant que les « commerçants d’habillement et cafés ne sont pas tenus de fermer, mais toute initiative de leur part, dans ce sens, serait la bienvenue ». D’autres marchés populaires ont été également fermés pour les mêmes motifs, à l’exemple de celui de Boumerdès et de Aïn Sefra dans la wilaya de Naâma.
S’agissant des grandes surfaces, le Centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar et celui d’Es Senia (Oran), espaces qui enregistrent un afflux considérable à longueur de journée, ont été fermés depuis hier à 20 heures, selon un communiqué de la Société des centres commerciaux d’Algérie.
« Dans le cadre de la gestion de crise relative au Covid-19, la direction générale a pris l’initiative et la décision de fermer les deux centres commerciaux, à l’exception de l’hypermarché UNO et de la pharmacie, qui resteront ouverts au centre commercial et de loisirs de
Bab Ezzouar, afin de permettre à notre clientèle de continuer à s’approvisionner en produits de biens de consommation journalière alimentaire et pharmaceutique », précise la même source.
Relevant que « depuis l’apparition des premiers cas, un renforcement de mesures d’hygiène a été mis en place pour les équipes sur terrain, gel, gants, masques… », la même direction souligne avoir « exigé aux deux établissements qui seront ouverts, Uno et la Pharmacie, au niveau de Bab Ezzouar de se munir des équipements nécessaires afin de protéger la clientèle ».
La société des centres commerciaux d’Algérie a rappelé, dans le même communiqué,
que « la moyenne de fréquentation par jour est environ de 20 000 visiteurs-clients pour
les deux centres, d’où le risque de contamination au quotidien ». Pas loin du centre commercial de Bab Ezzouar, les espaces de loisirs au niveau du centre Ardis sont désormais fermés sur une décision du ministre du Commerce, Kamel Rezzig. N. B.