Actualité oblige, le débat parlementaire sur le projet de loi relatif à la poste et aux communications électroniques a été dominé par l’affaire de décès d’enfants qu’a provoqué le jeu en ligne «Le Défi de la Baleine bleue» – un seul cas confirmé par la justice alors que l’enquête suit son cours. Et à la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Imane Houda Feraoun, d’avertir les députés qui lui demandaient de bloquer l’accès à cette application qu’il ne sera pas totalement possible de le faire. 

 

«Nous ne pouvons pas bloquer ce jeu à partir de l’Algérie, il est mis en quarantaine en Russie, son accès depuis notre pays est techniquement impossible dans la mesure où le jeu en question est véhiculé à travers les réseaux sociaux ; donc, si on veut le bloquer, nous devons au préalable rendre impossible l’accès aux réseaux sociaux à travers lesquels il est véhiculé».
A ses yeux, «la seule protection contre ce genre de jeux dangereux pour les jeunes reste un travail pédagogique et d’éducation à faire en direction de cette frange de la population». L’autre «fléau» lié à Internet abordé lors des débats, la qualité de la connexion et, ce faisant, son débit. Sur cette question, Mme Feraoun a promis que les choses s’amélioreront à partir de la seconde moitié de 2018, qui coïncidera avec l’inauguration du câble optique reliant Oran et la ville espagnole de Valence Orval, qui apportera à la bande passante internationale une capacité additionnelle de 100 Gbps.
Un câble sous-marin qui aurait dû être livré fin 2016 ; mais lorsque l’Algérie l’exploitera, sa bande passante flirtera avec les 5 Tbps, grâce à un maillage de liaisons sous-marines à l’international porté par SeaMeWe4 (reliant Annaba à l’Europe), d’une capacité de 640 Gbps, et par Alger-Palma de 80 Gbps, ainsi que terrestres, à travers les liaisons Annaba – Tunisie, avec STM-1, Tlemcen-Oujda Maroc (STM-16) et In Amenas-Libye, en attendant une dernière liaison en chantier, Alger-Zinder – Niger – Abudja-Nigeria, dont seule la partie Alger – In Guezzam, sur 4700 kilomètres, est opérationnelle. Cela sans compter le Med Cable, qui relie, sur une longueur de 1300 km, Alger à Marseille via Annaba et Oran. Il dispose à lui seul d’une capacité de transfert à l’international de 1,28 Tbps.
Mais une nouvelle liaison devrait entrer en ligne de compte, selon Mme Feraoun. Il s’agit d’une future liaison qui reliera la ville d’Annaba à un câble provenant des Etats-Unis, qui traverse la Méditerranée vers l’Asie : le Medex. «Il y a une distance de 172 km entre Annaba et ce câble ; du côté algérien, tout est prêt, nous avons obtenu un accord avec le propriétaire de cette plateforme pour un montant de 34 millions dollars» ; dira la ministre des TIC. «Le lancement de l’exploitation du projet Oran-Valence et le projet Medex se fera simultanément vers le deuxième semestre de l’année 2018», dira la ministre qui promet un débit important. L’autre partie des discussions a porté sur Algérie Poste, qui a contracté, selon Imane Houda Feraoun, 19 milliards DA auprès du Fonds national d’investissement, «remboursable sur une période de 12 ans pour la réalisation de 7 projets». Parmi ces derniers, un centre de tri du courrier, l’achat de machines de comptage de billets et le remplacement de vieilles installations. En matière d’emplois, Algérie Poste, qui compte 25 646 travailleurs, dont 3 268 recrutés dans le cadre de l’insertion professionnelle, «devra recruter prochainement pour remplacer les départs à la retraite», dit la ministre, qui précise que «3 268 employés en fin de contrat préemploi seront prioritaires dans le recrutement». Quant à la situation financière d’Algérie Poste, la ministre a souligné que cette entreprise a enregistré des bilans positifs en 2015 et 2016 avec un bénéfice estimé à près de 8 milliards DA. «Cette croissance devra continuer pour l’année 2017», précise-t-elle.