Disparu ou presque des radars, Hyundai Motors Algérie (HMA), s’est rappelé hier au souvenir des médias et de l’opinion intéressée par les questions d’industrie. Son directeur général, Mehdi Brihmat, sans doute pour rappeler que cette filiale de Cevital est toujours en activité, a tenu hier un point de presse pour mettre fin aux rumeurs glissant que l’entreprise a mis la clé sous le paillasson et annoncer en même temps la validation par le gouvernement d’un projet industriel.

« Hyundai Motors Algérie (HMA n’a pas cessé ses activités », a déclaré Mehdi Brihmat. Le directeur général de HMA ne s’est pas uniquement contenté de communiquer sur les activités déjà assurées par le représentant de la marque sud-coréenne en Algérie annonçant que « nous avons les mêmes rapports avec Hyundai Motor Company ». Il s’est, par ailleurs, étalé sur les perspectives de développements de HMA, ses projets industriels et la restructuration interne que l’entreprise a engagée. « Cela fait 20 ans que HMA existe, avec un chiffre de 500 000 unités écoulées sur le marché en 20 ans », a-t-il dit. Ainsi, il a révélé que le projet d’usine de verre plat était validé par le ministère de l’Industrie, précisant qu’ils attendent la notification pour démarrer la production. M. Brihmat a souligné que l’usine, d’une superficie de 3 800 m2, est située dans la wilaya de Blida avec un coût d’investissement global de 700 millions de dinars, financé par HMA.
Selon le Directeur général de HMA, cette usine fabriquera les vitres latérales, les déflecteurs, les lunettes-arrières et les glaces-arrières grâce à son équipe composée de 70 personnes formées à l’étranger et sur site. Selon les prévisions de la direction de cette nouvelle usine, «la production attendue de cette usine couvrira à 100 % les besoins du marché national, avec une capacité de production de 8 000 unités/jour avec un taux d’intégration de 90 % ». « C’est notre manière de nous conformer aux exigences du cahier des charges », a souligné, par ailleurs, M. Brihmat. Les projets de HMA ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Son directeur général a annoncé que des négociations sont engagées avec le constructeur pour un éventuel projet dans ce sens, précisant que Cevital ne se contentera pas « d’un simple projet de montage de véhicules ». Interrogé sur les quotas, M. Brihmat a indiqué qu’il ne détient aucune information sur le sujet. « On n’est pas informé et on attend comme tout le monde », a-t-il répondu.
Concernant un autre projet de HMA, son Directeur général a révélé qu’« une plateforme de pièces de rechange a été inaugurée dans la wilaya de Blida pour améliorer le service après-vente et «mettre un terme aux contre-performances et aux attentes de notre clientèle ». « Cette plateforme d’une capacité globale de 23 800 références, réparties sur des compartiments de 6 200 mètres carrés, emploie 60 personnes et vise à atteindre un taux de service de 93% à fin 2017.
« C’est une interface pour tout le réseau », a dit le Directeur général, précisant que le coût global d’investissement est de l’ordre de 1,5 milliard de dinars. Concernant Sodi-Automotive, le directeur général de HMA a confirmé que le contrat avec l’italien Fiat a été rompu. « La raison, a-t-il expliqué, est liée aux mesures prises par les pouvoirs publics auxquelles Sodi-Automotive ne peut répondre favorablement ». Il a indiqué que « pour assurer la continuité, il nous fallait plus de 900 unités à la vente, alors que le quota de Fiat était de seulement de 300 unités/an ».