Le Parti des travailleurs (PT) a exprimé hier son «soulagement» suite à la libération des dizaines de détenus d’opinion survenue en début de semaine et qui s’ajoute à celle enregistrée précédemment.

PAR NAZIM BRAHIMI
La formation de Louisa Hanoune a appelé également à l’accélération du processus de libération de détenus, regrettant que ces mesures d’apaisement et de détente soient «contrariées» par de nouvelles poursuites.
C’est ce qu’a indiqué la formation de gauche dans un communiqué rendu public hier, à travers lequel a été confirmé manifestement l’importance qu’accorde le PT à la question des détenus politiques.
«Le lundi 14 novembre 2022, le tribunal criminel de Dar El Beïda a prononcé des verdicts dans un dossier comprenant une cinquantaine de prévenus dont neuf se trouvaient en détention provisoire depuis plus d’une année», a, d’emblée, indiqué, le parti de Louisa Hanoune dans son communiqué. «Plusieurs acquittements ont été prononcés pour quatre détenus qui ont retrouvé leur liberté le jour même, dont certains d’entre eux étaient sous mandat de dépôt dans d’autres affaires, et quatre autres le lendemain après avoir été condamnés à des peines couvrant la durée de leur détention. Des dizaines de citoyennes et citoyens jugés en liberté ont été acquittés ou condamnés à des peines de prison ferme sans mandat de dépôt», a relevé le PT qui exprime ainsi «son soulagement de voir de plus en plus de détenus d’opinion rejoindre leurs familles».
Se félicitant également que «d’autres détenus ont recouvré leur liberté depuis le procès», le PT a estimé que «cela confirme qu’il s’agit là d’un processus politique auquel nous avons appelé car seuls comptent pour nous les intérêts de l’immense majorité du peuple et ceux du pays».
«Ces mesures d’apaisement et de détente politique» se trouvent néanmoins «contrariées par de nouvelles poursuites judiciaires à l’encontre de citoyens en relation avec leurs opinions ou profession de journaliste», a déploré toutefois le Parti des Travailleurs qui «appelle à nouveau à l’accélération du processus de libération des détenus politiques et d’opinion pour toucher la totalité des citoyennes et citoyens et leur réhabilitation».
Il appelle aussi, selon la même source, «au respect de l’exercice de toutes les libertés démocratiques à commencer par le respect de la liberté de conscience, d’opinion et d’organisation», estimant que l’annulation, aujourd’hui, par le Conseil d’Etat, de la décision de dissolution de RAJ renforcerait le processus politique d’apaisement en cours par le rétablissement des conditions normales d’exercice de la politique».
Le 20 octobre dernier, le PT avait déjà exprimé son soulagement suite à la libération d’un groupe de détenus dont le journaliste Mohamed Mouloudj, malgré ce qu’il a considéré comme des «condamnations agencées à la durée de leur séjour en prison».
«Malgré ces condamnations surprenantes et alors que tout le monde avait espéré l’acquittement de tous les détenus de toutes les accusations dont leurs avocats ont brillamment démontré l’absence de tout fondement, nous sommes soulagés qu’ils aient tous retrouvé leur liberté, leurs proches et leurs familles», avait indiqué le PT dans un communiqué.
«Alors que notre pays s’apprête à commémorer le 68e anniversaire du déclenchement de notre glorieuse révolution d’émancipation nationale, la démocratie et la sauvegarde nationale dictent qu’aucun détenu politique ne reste en prison», avait plaidé le PT.
Mardi, le RCD a indiqué avoir accueilli avec «soulagement l’abandon des charges -par le tribunal de Dar el Beïda- qui pesaient contre de nombreux citoyens poursuivis pour des délits d’opinion dont certains étaient sous mandat de dépôt durant de longs mois». n