L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a appelé mercredi à l’«unité» et à la «solidarité» face aux nouveaux variants du Covid, alors que la mise en place de nouvelles restrictions par de nombreux pays menace la reprise du secteur touristique. «L’unité» est nécessaire pour «relancer le tourisme», a souligné le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, à l’occasion de l’ouverture à Madrid de la 24e Assemblée générale de l’agence onusienne, destinée à faire le point sur la reprise du secteur touristique mondial. La «solidarité entre pays a caractérisé notre réponse commune à la crise» du Covid-19. Cette solidarité «est aujourd’hui plus importante que jamais, alors que nos collègues en Afrique doivent affronter les défis» liés au «nouveau variant», a-t-il ajouté. Cette mise en garde survient alors que de nombreux pays ont suspendu ces derniers jours les vols en provenance des pays d’Afrique australe ou ont même fermé leurs frontières, afin de lutter contre la propagation du variant baptisé Omicron, identifié pour la première fois en Afrique du Sud. Ces restrictions ont suscité de vives critiques en Afrique du Sud, qui s’est dite «injustement discriminée», mais aussi de la part de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour qui «les interdictions générales de voyager n’empêcheront pas la propagation» du variant Omicron. Il est important de «transmettre un message de tranquillité», a souligné mercredi la ministre du Tourisme espagnole, Reyes Maroto, en assurant que les protocoles en vigueur pour lutter contre l’épidémie «fonctionnent bien» et que la «vaccination» restait «le meilleur outil» pour faire face aux contaminations. Selon l’OMT, le secteur touristique mondial devrait encore perdre 2.000 milliards de dollars cette année, sous l’effet des restrictions anti-Covid, encore très variables d’un pays à l’autre. Cette situation crée de la «confusion» et pèse sur le redémarrage de l’activité, estime l’agence onusienne. L’Assemblée générale de l’OMT se poursuit jusqu’à vendredi à Madrid, où l’agence a son siège. Elle devait à l’origine avoir lieu à Marrakech, au Maroc, mais ce pays a renoncé à accueillir l’événement en raison de la recrudescence des cas de Covid-19 dans de nombreux pays.