L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a appelé lundi les gouvernements à travailler ensemble pour assouplir les restrictions imposées sur les voyages en raison du COVID-19 de manière responsable et opportune «quand cela sera jugé sûr». Notant que l’ensemble des destinations internationales ont instauré une forme de restriction sur les voyages, l’organisation basée à Madrid a publié une étude expliquant que sur un total de 217 destinations, 156 (72%) ont «complètement interdit le tourisme international», avec 40% des destinations qui ont commencé à mettre en œuvre ces restrictions il y a deux mois. Selon l’OMT, 83% des destinations européennes ont «procédé à une fermeture totale de leurs frontières au tourisme international», cette proportion s’élevant à 80% dans les Amériques, 70% dans la région Asie-Pacifique, 62% au Moyen-Orient et 57% en Afrique. L’OMT souligne qu’»à l’heure actuelle, aucune destination n’a levé ou assoupli ses restrictions sur les voyages». Son secrétaire général, Zourab Pololikachvili, a déclaré que le tourisme était «le plus touché parmi les secteurs majeurs, alors que les pays se confinent et que les individus restent chez eux». Il a ajouté que le secteur touristique serait un moteur essentiel de la reprise économique quand la crise du coronavirus sera passée. «Le tourisme fait vivre des millions de personnes, surtout dans les pays en développement.» «Rouvrir le monde au tourisme sauvera des emplois, préservera des moyens de subsistance et permettra à notre secteur de reprendre son rôle primordial dans l’établissement d’un développement durable», a-t-il affirmé. Le 7 mai, l’organisation a prédit que le nombre de touristes internationaux chuterait de 60 à 80% en 2020 en raison du COVID-19, avec des pertes estimées entre 910 et 1.200 milliards de dollars en revenus d’exportations. n