Lors des assises régionales de la région Centre pour l’évaluation du schéma directeur de l’aménagement touristique (SDAT 2008-2018), le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, s’est vu interpelé sur une problématique à laquelle font face certaines APC, notamment celles implantées sur le littoral et celles disposant de sites thermaux. Des présidents d’APC ont, ainsi, signalé au ministre, que la réalisation des zones d’expansion touristique (ZET) souffre de lenteurs en raison des procédures.

Une situation qui leur paraît en totale contradiction avec la stratégie mise en place par le ministère dans le but de développer l’industrie du tourisme dans notre pays. Il faut souligner au passage que c’est dans la wilaya de Béjaïa que le problème se pose avec plus d’acuité. Des
P/APC de cette wilaya ont tenu à se faire entendre par le ministre, en marge des assises, dans l’espoir qu’il prenne acte de leurs doléances. Benmessaoud les a informés que ses services vont s’atteler à remédier à la situation et qu’il allait dans les jours qui viennent se rendre sur place pour s’enquérir lui-même de la situation qui prévaut «et par la même tenter de lever les entraves».
Cela dit, force est de constater que le dossier des ZET continue de poser problème au ministère de tutelle. Et pourtant, le département a tenté à maintes reprises d’y remédier en procédant au reclassement des 226 ZET dont dispose l’Algérie. Et à ce titre, certaines avaient été classées en 1988 et d’autres entre 2004 et 2016.
«La majorité d’entre elles butent sur des problèmes en raison des lenteurs de procédures et ce, du stade des études, qui passent par plusieurs étapes, jusqu’à l’approbation des plans d’aménagement et l’élaboration des contrats de concession», selon des responsables du secteur présents aux assises que nous avons pu interroger sur la question. Toujours à propos des ZET, le directeur général du tourisme auprès du ministère a, dans son exposé portant sur l’évaluation de la mise en œuvre du SDAT 2008-2018, reconnu que «la lenteur de la procédure d’aménagement et d’attribution des titres de concessions s’est traduite sur le terrain par un faible nombre de réalisations de projets touristiques». Toujours dans ce même registre, ce responsable a fait savoir que la nature juridique des terrains situés à l’intérieur des ZET relève du domaine public (forêt, maritime, fluvial) à 40% et du domaine privé à 30%. Ce qui, selon ce dernier, «rend la tâche difficile pour l’aménagement des ZET», reconnaîssant que «par voie de conséquence, cela génère des arrêts dans la procédure». Comme il a admis qu’«en termes d’articulation et de cohérence de la chaîne touristique, aucune opération n’a été inscrite». Ce qui revient à dire que le développement du tourisme dans son segment réalisation d’infrastructures n’arrive toujours pas à passer à la vitesse supérieure. En témoignent les chiffres mentionnés dans le document de synthèse sur la mise en œuvre du SDAT, où l’on peut lire que le nombre de projets en cours de réalisation s’élève à 764 et que ceux à l’arrêt sont au nombre de 147, et que pour les projets ayant eu l’aval du ministère, mais qui n’ont toujours pas démarré, leur nombre s’élève à 928. Ce dernier chiffre pousse à croire que leurs initiateurs trouvent mille et une difficultés pour leur mise en oeuvre. Par contre, selon les rédacteurs de cette synthèse, l’offre d’hébergement qui a enregistré, durant la période 2008-2017, une évolution significative puisque le parc hôtelier est passé de 1 147 établissements, en 2008, à 1 289 hôtels en 2017.
Rappelons, enfin, que cette 3e édition des assises des wilayas du centre s’inscrit dans le cadre de la préparation des assises nationales du tourisme. Elles viennent en prolongement des assises des wilayas du Sud, suivies de celles de l’Est. Quant à celles des wilayas de l’Ouest, elles sont prévues le 18 décembre prochain à Tlemcen.