A les voir pédaler, suer et braver les ascensions tout comme les descentes, on croirait que la petite reine dresse un pont dorée à celui qui saura comment la convaincre de monter avec lui sur son vélo.

Au royaume de la selle, on croirait que les cyclistes s’assoient sur une mine d’or. Ce n’est pas le cas parce qu’on est loin de ces primes mirobolantes à coups de centaine de milliers d’euros versées lors du Tour de France ou le Giro en Italie. Le Tour d’Algérie Cycliste, les « prize money » se résument à quelques centaines d’euros pour les vainqueurs. On vous en donne les détails.
Le vainqueur de la 21e édition du Tour d’Algérie cycliste 2018 empochera 964 euros. Mais quel est le montant des autres primes ? Au cours des sept jours de course et des 995,5 kilomètres d’efforts, les coureurs auront la possibilité d’empocher des primes en fonction de leurs résultats. Des «prize money» qui s’ajoutent bien évidemment à leurs salaires versés par leur équipe. Au total, l’organisation de ce TAC 2018 répartira plus de 15 168,00 euros aux coureurs. Voici tous les gains, attribués aux coureurs à l’issue de ce tour qui prendra fin ce lundi.

964 euros pour le vainqueur, 24 pour le 20e
Avant de rentrer dans les détails de tous les gains possibles (maillots, sprints de bonification, étape,…), regardons d’abord les primes finales. Celles-ci varient énormément en fonction du classement général. Si le lauréat touche un 964,00 euros, le 20e classé, lui, ne touche que 24.00 euros. Selon le règlement du Tour de France, il est également prévu la même dotation pour tous les coureurs qui terminent la course de la 10e à la 20e place.

482 euros pour le vainqueur d’étape
Pour gagner de l’argent, les coureurs auront aussi la possibilité de s’imposer lors d’une étape. Celui qui franchira la ligne d’arrivée empochera ainsi 482.00 euros. Mais les primes baissent assez fortement ensuite. Ainsi, le dauphin de l’étape touchera 240.00 euros, le troisième (120,00 euros), le 4e (60,00 euros) alors que ceux classés entre la 10e et 20e places devront quant à eux se contenter de la somme dérisoire de 12,00 euros seulement.

482 euros pour les meilleurs, grimpeur, sprinteur et espoir
A côté du classement général et du classement de l’étape, les coureurs ont la possibilité de tenter leur chance dans d’autres domaines. Ainsi, le vainqueur final du maillot à pois du meilleur grimpeur gagnera la somme de 482.00 euros. C’est le même montant réservé aux vainqueurs des classements généraux du meilleur sprinteur ainsi que du meilleur espoir.
Pour leur part, les athlètes classés seconds dans les mêmes catégories citées plus haut, empocheront chacun, 240,00 euros. 120,00 euros seront réservés à ceux qui finiront à la 3e place, 60,00 euros pour le 4e et 48 pour les 5e.

600 euros pour la meilleure équipe
Autre moyen de gagner de l’argent : le classement par équipes, calculé par l’addition des trois meilleurs coureurs à chaque étape.
Les 16 écuries engagées pour cette 21e édition essaieront de placer le maximum de coureurs devant avec un objectif commun : terminer sur la première marche du podium des équipes, le 02 avril courant, à Tizi-Ouzou. Avec comme récompense finale un chèque de 600 00 euros. L’équipe qui terminera à la 2e place percevra une somme de 420,00 euros, alors que celles classées aux 3e, 4e et 5e places, recevront respectivement les montants de 300,00, 120,00 et 60,00 euros.

Petit aperçu des primes au Tour de France
Au total, pendant le Tour de France, ce sont 2,3 millions d’euros qui sont distribués, sur la ligne d’arrivée aux Champs Elysées mais aussi à chaque étape. Par exemple : à l’issue de chaque étape, le vainqueur remporte 11 000 euros.

Voici les prix pour les cassements :
Maillot vert : 25 000 euros
Meilleur grimpeur (maillot à pois) : 25 000 euros
Meilleur jeune du Tour (maillot blanc) : 20 000 euros
Meilleure équipe : 50 000 euros