Le nettoyage et l’entretien du lac Lalla Fatma ont eu lieu samedi dernier, pour la sixième année consécutive, à l’occasion de l’opération «Ports et barrages bleus», une initiative écocitoyenne qui remonte à six ans.

Lalla Fatma, qui compte parmi les zones humides les plus importantes du pays et de la région, est située dans la commune de Méggarine à 170 km du chef-lieu de la wilaya de Ouargla.
Niché en plein cœur des forêts de palmiers, à proximité de la Route nationale n° 3, reliant Biskra à Touggourt via Ouargla, ce plan d’eau, un des plus beaux d’Oued Righ, est la destination de centaines d’estivants de la région du sud-est. Les familles s’y réfugient pendant les périodes de chaleur pour se baigner, pêcher ou se promener en bateau gonflable et profiter du paysage.
Le lac Lalla Fatma, d’une profondeur de 20 mètres en certains endroits, couvre une superficie de 5 hectares, et abrite une faune et flore riches et variées. Il a été aménagé ces trois dernières années pour offrir aux visiteurs une magnifique plage de sable fin, entourée de palmeraies. Un lieu idéal dans cette région qui souffre d’un manque flagrant de structures de loisirs et de détente. Et qu’il s’agit d’entretenir régulièrement en cette période de l’année. Le slogan, cette fois, c’est «Agir ensemble pour une pêche diversifiée et une aquaculture durable», une thématique dont les promoteurs ont voulu associer intérêt écologique et économie durable. Des associations et des représentants de centres de recherche spécialisés ainsi que des éléments de la Protection civile et des scouts ont pris part à l’opération de nettoyage, qui a vu également l’implication de la direction de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya ainsi que de la Chambre algérienne de la pêche et des ressources halieutiques. Un ensemencement de 400 alevins de poissons d’eau douce (tilapia du Nil) a été effectué pour la même occasion, sous la supervision des spécialistes de la station expérimentale de l’aquaculture saharienne de Hassi Benabdallah (Ouargla), relevant du Centre national de recherche et de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNRDPA). L’objectif est d’élargir et de développer l’aquaculture, afin d’assurer la disponibilité des produits aquatiques dans la région du Sud, selon les organisateurs. Une exposition sur les activités de la pêche et d’aquaculture a été organisée sur les berges du lac, présentant une variété de poissons d’eau douce, élevés localement au titre de la pisciculture artisanale intégrée dans l’activité agricole.
Des stands d’exposition ont été également montés pour mettre en exergue les activités touristiques et récréatives de divers secteurs, à savoir l’Office local du tourisme, la Conservation des forêts (CF), la direction du tourisme et de l’artisanat (DTA), la Protection civile (DPC) et des associations locales versées dans le domaine de l’artisanat et les équipements utilisés dans l’observation des oiseaux migrateurs.
Dans le cadre d’un projet de végétalisation des berges du lac Lalla Fatma, une action de plantation d’arbustes et d’arbres a été menée à l’initiative des services de la commune de Mégarine et de la Conservation des forêts. Des concours de pêche récréative, de dessins, du meilleur plat de poissons d’eau douce, une manœuvre de simulation de sauvetage, repêchage et secours de personnes noyées, des spectacles des Scouts musulmans algériens, ont été programmés lors de cette manifestation.