En Angleterre, l’annonce du départ d’Harry Kane, lundi soir, a littéralement mis le feu au pays de Sa Majesté. «Kane veut jouer pour Guardiola», titrait d’ailleurs The Times en une de son édition sport, hier matin. Une volonté de rejoindre Manchester City confirmée par le Daily Express, en une de son édition du jour. «Kane prêt pour City», titre d’ailleurs le quotidien britannique.
L’international anglais aurait en effet donné sa préférence aux Skyblues plutôt qu’à United ou encore à Chelsea. Mais ce qui inquiète le clan du joueur se trouve ailleurs. Connu pour son inflexibilité et son très fort caractère, Daniel Levy, le président de Tottenham, ne souhaiterait, lui, pas renforcer la concurrence et n’envisagerait pas le départ de son joueur pour l’un de ces clubs.
Une information reprise en une de The Daily Telegraph, hier matin, pour qui même si le président des Spurs pourrait laisser un bon de sortie à son buteur, l’histoire récente montre que l’obstination de Levy pourrait compliquer le transfert de Kane. D’autant que le prix de ce dernier serait fixé à au moins 160 M€. Une somme presque surréaliste qui pourrait également refroidir les ardeurs des clubs acheteurs.

Pep ne veut pas entendre parler de lui…
Si Harry Kane a demandé à pouvoir quitter Tottenham cet été, reste désormais à connaître la future destination de l’attaquant anglais. Interrogé en conférence de presse sur un possible intérêt du club pour le joueur, Pep Guardiola a refusé de s’exprimer concernant Harry Kane. « Question suivante. C’est un joueur de Tottenham Hotspur, s’il vous plaît », a-t-il déclaré. Si Manchester City a été cité par Sky Sports comme étant un possible point de chute pour la légende des Spurs, il faudra attendre encore un peu avant de savoir si les Citizens sont intéressés. En tout cas, il ne faudra pas reposer la question à Guardiola.