Une dizaine de projets de polycliniques répartis à travers la wilaya de Tlemcen ont connu une levée de gel, a-t-on appris lundi du directeur de la santé et de la population (DSP).

Ces projets seront réalisés prochainement au profit des populations de la wilaya de Tlemcen, notamment au niveau des zones éloignées, a indiqué Abdelkader Beghdous lors d’une visite du wali, Ali Benyaïche, à la polyclinique «Quatre frères Chahids Saidi» de la commune de Souahlia, rouverte dernièrement à l’issue de travaux de rénovation. Parmi ces projets de polycliniques, on cite celui de «Abdelmoumène Ben Ali» (ex Boudjlida) relevant de la commune de Tlemcen. Parallèlement à ces projets, d’autres structures du genre sont en cours de réalisation, dont une à Sabra où les travaux enregistrent un taux d’avancement de 65 % pour être livrée le 20 aout prochain à l’occasion de la journée du Moudjahid. Par ailleurs, la future polyclinique de Sidi Said, un quartier de la ville de Tlemcen, remplacera des locaux à usage professionnel inexploités et fonctionnera, une fois entrée en service, en mode H 24, pour répondre aux besoins des habitants. Elle dispose actuellement d’une salle de soins seulement, a-t-on indiqué. La commission d’investissement de la wilaya de Tlemcen, présidée par le responsable de l’exécutif, a donné en outre son accord de principe pour la réalisation d’une polyclinique privée à Maghnia pour un coût de 320 millions DA. L’objectif visé à travers la multiplication de ces projets étant de renforcer la médecine de proximité et d’atténuer la tension sur les hôpitaux, surtout le CHU «Tidjani Damerdji», a-t-on expliqué. Le wali de Tlemcen avait instruit le DSP à l’effet de réorganiser les urgences médico-chirurgicales du CHU, qui doivent prioriser la prise en charge des véritables urgences, faisant savoir que le projet des nouvelles urgences en cours de réalisation contribuera à mettre fin aux problèmes actuels aux urgences. Anciennement centre de santé, la polyclinique «Quatre frères Chahids Saidi» de Souahlia constitue un modèle de modernisation des établissements de santé publique, notamment au niveau de l’accueil des patients, de la couverture médicale et paramédicale, des équipements et du plateau technique mobilisé, a-t-on affirmé.