Après les scandales de Bouhenak (Mansourah), Chetouane, Marsat Ben Mhidi, voilà qu’une autre affaire liée au foncier vient d’éclater au niveau de Maghnia. Une assiette d’une superficie de 10 ha, destinée au centre universitaire de Maghnia (CUM), aurait été détournée par un député qui l’a mise en vente sur le site électronique d’Oued Kniss pour un montant de 5 milliards de centimes. Le terrain en question qui appartient au domaine public devait abriter un projet de réalisation de 2 000 places pédagogiques. Selon la direction du centre universitaire, le député en question s’est vu délivrer un acte de jouissance sur cette parcelle de terrain. On ignore par quel imbroglio juridico-administratif s’est faite cette attribution jugée sujette à caution. Il faut souligner dans ce sillage que sur instruction du Parquet général de Tlemcen, les services de la BEF relevant de la police judiciaire auprès de la Sûreté de wilaya ont ouvert des enquêtes au sujet de l’attribution indue de terrains et de biens immobiliers publics à des dizaines de personnes, dans les localités de Marsat Ben M’hidi, Maghnia, Tlemcen, Mansourah, Chetouane, Terny, Aïn Fezza, Souk Tleta, Sebabna, B’hira et Boukanoun. Des hommes d’affaires, des ex-walis, des magistrats, des cadres et plusieurs fonctionnaires seraient impliqués dans ces affaires de détournement du foncier qui remontent jusqu’à l’année 2012. Dans ce contexte, on apprend que sur plainte du wali, le
P/APC de Chetouane aurait été entendu par le juge d’instruction près le Tribunal d’Ouled Mimoun. Par ailleurs, notons que la conférence de presse annoncée dernièrement par le wali et concernant le dossier du foncier dans le cadre duquel il est ciblé n’a finalement pas eu lieu. n