Dans un avis affiché au siège de la commune, adressé à la population et répercuté par l’imam de la mosquée Imam Ali Ibnou Abi Talib, à l’occasion de la grande prière du vendredi, l’APC de Chetouane déclare que plusieurs sources situées sur le territoire de la commune éponyme sont « non potables », en l’occurrence la source de Zouinet, El Ançor, Skhouna, Aïn El Hout, Aïn Bendou, la source de Chlaïda.

Un constat fait par le Bureau d’hygiène communal (BHC) sur la base des résultats des analyses bactériologiques faisant suite à l’apparition dernièrement de plusieurs cas d’hépatite A, plus connue sous le nom de jaunisse, appelée localement « bousaffar », au niveau de plusieurs écoles, dont l’école primaire Khiat-Maâzouzi-Sid-Ahmed, au village de Aïn El Houtz (Chetouane). Rencontré au niveau de la source de Zouinet, un retraité de l’Education et ancien habitant de Chetouane, nous a confié : « Cela fait des lustres que je viens puiser l’eau de cette source et on n’a eu jamais de problème de contamination ». A noter qu’aucun panneau ne signalait « Eau non potable ». Certains, pour plus de précaution, préfèrent se rabattre sur l’eau minérale, même si l’achat de ce produit grève le budget des bourses moyennes, notamment les familles nombreuses. Dans ce sillage, il y a lieu de signaler que l’alerte est également constatée du côté de Beni Snous, où plusieurs sources sont mises à l’index dont Aïn Bouhmama et Aïn Sidi Ouriache où on suspecte une cross-connexion suite aux dernières pluies. A ce propos, un adolescent de 14 ans habitant au faubourg de Feddane Sbaâ (Tlemcen) est depuis dix jours hospitalisé au service des maladies infectieuses du CHUT ; il est atteint de typhoïde après avoir bu d’une fontaine publique « caritative » située dans le quartier. Notons que 26 cas d’hépatite virale (MTH) ont été enregistrés au cours du 1er semestre 2018 au niveau de
8 communes de la wilaya, selon un rapport de la DSP. Il convient d’indiquer dans ce contexte que près de
2 500 m2 (1/4 ha) de cultures maraîchères ont été détruits ce mardi 30 avril par les services compétents, au niveau de la Rocade (Tlemcen). Rappelons qu’en septembre dernier, une opération sanitaire similaire avait ciblé une superficie de 6 ha (en l’occurrence la laitue, la courgette, l’aubergine), dont 4 ha à Mansourah et 2 ha à Hennaya, selon le Directeur de la santé et de la population (DSP) ; 16 agriculteurs étaient poursuivis en justice dans cette affaire. n