Une enveloppe financière de 296, 87 millions de DA a été dégagée pour indemniser les propriétaires terriens expropriés pour les besoins de création des zones industrielles de Draâ El-Mizan et Tizi-Ghennif, au Sud-Ouest de Tizi-Ouzou, a-t-on appris samedi de la direction locale de l’industrie et des mines (DIM).

Le montant «a été dégagé, en janvier dernier par le ministère des Finances et l’indemnisation des concernés sera entamée dès l’ouverture des écritures financières à la fin mars», a indiqué le premier responsable de cette direction, Hamitouche Moula. Une fois ces propriétaires indemnisés, les travaux de viabilisation de ces deux zones, dont le montant de réalisation est estimé à 167.173.590 DA (73.284. 375 DA réservés à Draâ El-Mizan et 93.889.215 à Tizi Ghennif) pourront alors être «entamés», a souligné M. Hamitouche. Créées en juin 2017, ces deux zones industrielles occupent une superficie totale de 449.812 M², dont 210.875 pour celle de Draâ El-Mizan répartie en 14 lots et 238.937 M² pour celle de Tizi-Ghennif répartie en 10 lots, déclarée d’utilité publique en 2018. Par ailleurs, la situation au niveau de la zone industrielle de Souamaâ, à l’Est de Tizi-Ouzou, «demeure pendante», a déploré M. Hamitouche, à cause d’un contentieux sur la propriété de l’assiette foncière destinée à accueillir cette zone.
D’une superficie totale de 372, 47 ha, cette zone créée en 2012, fait l’objet d’un contentieux entre des citoyens d’un village mitoyen, Aït-Zellal, occupant ces terres et réclamant leur propriété et qui rejette leur immatriculation cadastrale au profit de l’Etat en s’appuyant sur un jugement du tribunal de Tizi Ouzou datant de 1895. Plusieurs tentatives pour arriver à un règlement définitif de cette situation qui pénalise le développement dans la wilaya ont été effectuées sans aucune solution à ce jour. A ce propos, et pour ne pas rester otage de ce blocage, «un travail de prospection de nouvelles assiettes foncières est engagé par la DIM pour la création de microzones industrielles comme palliatif à cette situation», a indiqué M. Hamitouche.

Oued Fali : dégel du projet du complexe mère-enfant

Le projet du complexe mère-enfants, inscrit à l’indicatif de la wilaya et qui a été gelé suite aux difficultés financières qu’a connues le pays a été dégelé, a annoncé mercredi le wali Mahmoud Djamaâ lors des travaux de la session extraordinaire de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) consacrée à la situation du développement local dans la wilaya, le wali a annoncé que ce projet prévu au pôle d’excellence de Oued Fali et dont le dégel a été demandé par l’administration et l’APW, a été budgétisé et sera donc réalisé, ce qui améliorera la prise en charge des parturientes et des enfants assurée actuellement par l’EHS Sbihi Tassadite qui subit une forte pression. Ce complexe d’une capacité de 180 lits sera doté de quatre services qui sont la gynécologie, l’obstétrique, la néonatologie, la pédiatrie et la chirurgie infantile. La direction de la Santé et de la Population lancera incessamment les études de réalisation de ce projet pour entamer ensuite la procédure pour sa construction, a relevé le même responsable.