La mobilisation est repartie de plus belle à l’occasion de ce premier vendredi du mois de septembre, le 29e dans la vie du mouvement populaire. Des milliers de citoyens ont arpenté le parcours habituel de la marche, reprenant les slogans habituels exigeant le départ du système et des figures de l’ancien régime qui, de l’avis de nombreux marcheurs, agissent toujours pour bloquer et pervertir le processus révolutionnaire en cours. Les élections, qui constituent la préoccupation immédiate des citoyens, ont été massivement rejetées. « Makach intikhabat ma3a al3issabat (pas d’élections avec al 3issabat) a été le refrain le plus repris dans le défilé où l’on continue à dire sa préférence pour « un Etat civil et non militaire ». Dans le sillage de cette revendication, le chef des armées a été, encore une fois, pris pour cible par les manifestants. « Barakat, barakat min khitab Al kazirnat ! (assez des discours des casernes) ont protesté les marcheurs qui continuent à exiger la libération du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, des manifestants incarcérés pour avoir exhibé l’emblème amazigh et de tous les détenus politiques et d’opinion.