A Tizi Ouzou, la dégradation des conditions et du cadre de vie pousse des groupes de citoyens à manifester leur mécontentement en initiant des actions de protestation souvent musclées.

Des actions destinées à rappeler aux autorités compétentes leurs engagements à satisfaire leurs revendications se sont traduites par des blocages d’axes routiers névralgiques, causant des désagréments aux usagers. Une situation vécue, il y a quarante-huit heures après la fermeture par des citoyens d’un lotissement, situé à la périphérie est de la ville de Tizi Ouzou, pour revendiquer des logements sociaux. Le même axe routier a été encore fermé, dans la matinée de mardi, par les habitants d’Ouarkik, un hameau situé à quelques encablures, à l’ouest de la ville d’Azazga, à une vingtaine de kilomètres de Tizi Ouzou. Ces citoyens ont bloqué les routes avec pneus brûlés et des gravats empêchant la circulation sur cette voie routière névralgique pour les usagers de la wilaya de Tizi Ouzou et ceux de l’est du pays, notamment de Béjaïa. Les citoyens protestent contre l’installation d’une centrale de concassage et de fabrication de bitume bitumineux près de leurs habitations. Ils se disent déterminés à empêcher la mise en place de cette installation industrielle qu’ils jugent porteuse de dangers pour leur santé et l’environnement. Pour ce faire, ils ont organisé un sit-in, hier, devant la daïra d’Azazga. Les citoyens des villages Tifaou et Hellil, commune d’Aït Yahia Moussa, dans la daïra de Draa El Mizan, ne vont pas baisser les bras et maintiennent la pression sur les autorités qu’ils veulent amener à concrétiser leurs engagements. Tout en poursuivant le blocage de la RN 25, à hauteur du chef-lieu de leur commune, causant des nuisances aux voyageurs et autres usagers de cette voie à grand trafic routier, les habitants de ces deux villages ont muré l’entrée du siège de leur l’APC, dans la journée de mardi. Leurs doléances portent sur la réalisation de nombreuses opérations d’utilité publique (électricité, AEP, réseau d’assainissement, bitumage de la route desservant Tifaou et Hellil, sur six kilomètres. Lundi, ce sont les citoyens des communes d’Aït Aïssa Mimoun et de Boudjima, dans la daïra de Ouagunoun, à une vingtaine de kilomètres au nord de Tizi Ouzou, qui ont procédé à la fermeture du siège de leurs APC respectives pour l’amélioration des conditions de vie et notamment la réfection des routes.