Ils s’insurgent contre le relèvement des prix des carburants, réclament le droit d’augmenter les tarifs des voyages et jugent les mesures de déconfinement difficiles à assumer.
Des transporteurs privés de Tizi-Ouzou et de sa proche région se sont rassemblés, hier, devant le siège de la Wilaya. Ce rassemblement de protestation a été motivé essentiellement par l’inquiétude de ces professionnels de la route après la décision du gouvernement de relever les prix des carburants après l’adoption de la loi de finances complémentaire (LFC) 2020.
Néanmoins, les protestataires ont d’autres revendications à exprimer et qui se rapportent toutes aux mesures de protection et de prévention édictées par l’autorité sanitaire afin d’éviter de nouveaux risques de propagation de la Covid-19. Ces derniers ont manifesté leur réprobation face à ces mesures qu’ils jugent à la fois coûteuses et inapplicables par rapport aux conditions pénibles d’exercice de leur profession.
C’est l’avis des chauffeurs de taxi individuel et des transporteurs de voyageurs privés qui n’ont pas repris leur travail et affirment ne pas le faire «dans les conditions actuelles», insistant sur les charges supplémentaires à assumer face à un nombre massif de passagers. Ces professionnels demandent par ailleurs une révision du prix du ticket de transport et de son «ajustement» par rapport à l’«augmentation des prix de l’essence et du mazout».
Une délégation a été reçue hier à la Wilaya afin de rapprocher les points de vue et de trouver une solution aux difficultés qui sont apparues en ce début de déconfinement à Tizi-Ouzou et sa région, quatre jours après son entrée en vigueur. Pour rappel, seule l’Entreprise de wilaya de transport urbain et suburbain (Etusto) a repris du service. <