Grâce à la mise en service, dimanche, de deux colonnes mobiles, la Protection civile de la wilaya de Tizi-Ouzou vient de renforcer son dispositif de lutte contre les feux de forêt.

Ainsi, le gouvernement vient de mettre en application sa décision de mettre à la disposition des soldats du feu de la wilaya de Tizi Ouzou ce matériel, suite aux dégâts causés par les incendies qui se sont déclarés aux quatre coins de la wilaya durant le mois de juillet de l’année passée.

Après la première dotation, effectuée en décembre 2017, le deuxième lot de matériel est arrivé, il y a quelques jours. Au total, ce sont deux colonnes mobiles composées de véhicules et matériel d’accompagnement, à savoir 12 camions citernes (CCFL), 2 ambulances, 1 bus, 2 camions de transport et 1 véhicule de commandement. Si l’acquisition de ces deux colonnes mobiles a été saluée avec soulagement, des questions se posent quant à la manière de rendre plus efficace leur intervention.
Pour la Direction de la Protection civile, ce matériel, qui vient en renfort du dispositif de lutte déjà existant, sera déployé en cas de besoin. En revanche, le wali, Mohamed Bouderbali, a suggéré qu’il serait plus efficace d’installer ces deux colonnes à proximité des points noirs déjà identifiés au niveau de la wilaya. «Vous ne ferez que constater les dégâts», avertira le wali qui a mis l’accent sur les difficultés du terrain, à savoir un territoire vaste et un relief accidenté. Deux écueils qui peuvent retarder le déploiement du matériel dont les observations sont jugées pertinentes par le premier responsable des pompiers dans la wilaya, partageant avec le wali l’argument de la proximité du matériel d’intervention avec les points à haut potentiel d’incendie. Il expliquera que ces colonnes seront déployées en cas de besoin et viendront en appoint de la première intervention assurée par les unités de la Protection civile locales, et le cas échéant, par les éléments de la Conservation des forêts locale. S’agissant des infrastructures dont six unités et onze postes avancés, promis pour renforcer les capacités d’intervention de la Protection civile à la suite des incendies ravageurs de l’été passé, il semble qu’elles sont toujours à l’état de projet. Sur les six unités promises, seule l’unité de Makouda sera lancée ce mois de juillet. Des contraintes administratives liées aux procédures sont les raisons invoquées pour expliquer le retard.
Le « gel » budgétaire des 11 postes avancés inscrits à l’indicatif de la wilaya, depuis trois ans maintenant, est toujours à l’ordre du jour, selon le responsable qui a émis le souhait que les pouvoirs publics libèrent en réévaluant les financements qui permettront la réalisation de ces postes avancés.
Le même responsable estimera nécessaire de dégager les fonds indispensables pour la dotation de ces unités, une fois réalisées, en effectifs et en matériel adéquat.