Le programme de vaccination, qui a atteint un taux de couverture de plus de 90% au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, semble porter ses fruits sur le terrain. Pour preuve : le taux de mortalité est passé de 15,95% par 1 000 naissances à 5,5% par 1 000 naissances en 2017.

Une baisse significative pour la préservation de la santé publique, a indiqué Dr. Lynda Matallah, chargée du programme de la vaccination la Direction de la Santé et de la Population et de la réforme hospitalière (DSPRH), lors d’une réunion dans le cadre de la célébration de la semaine africaine de la vaccination qui a débuté avant-hier.
Dr. Matallah a mis en exergue les efforts fournis par le ministère de la tutelle en matière d’établissement de différents programmes de vaccination pour lutter contre les pathologies qui portent préjudice à la santé publique. «Le programme de vaccination est une préoccupation majeure du ministère et constitue une composante primordiale de droit humain. Les efforts et l’investissement des pouvoirs publics dans ce créneau sont de plus en plus efficient». D’après elle, les résultats de ces programmes ont permis d’atteindre un taux de couverture de plus de 90% dans la wilaya de Tizi Ouzou. Dans ce sens, la même spécialiste a précisé que les défis et les stratégies du programme élargi de la vaccination ont pour objectif de réduire le taux de mortalité. «La tutelle a programmé le comité national technique à la vaccination qui regroupe les membres mondiaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef visant l’évaluation épidémiologique d’où la surveillance du plan national de l’éradication des maladies infectieuses comme la rougeole, la rubéole…»
Elle a souligné que ce défi se traduit à travers le renforcement et la multiplication de campagnes nationales, subnationales mais aussi régionales au profit des populations. En outre, Dr. Matallah a félicité la place qu’accorde l’Algérie à la vaccination, puisque c’est quasiment le seul pays qui garantit la vaccination gratuite et obligatoire.
«Le vaccin est le moyen le plus efficace pour lutter contre ces maladies transmissibles comme la diphtérie, le tétanos, la polio, la rougeole, la rubéole, la coqueluche et les oreillons qui sont introduits dans le calendrier vaccinal».
A souligner que plusieurs activités liées à la préservation de la santé publique ont été organisées dans de différentes localités de la wilaya pour marquer la célébration de cette Journée africaine de la vaccination. C’est le cas de Aïn Faci dans la commune de Draâ-Ben-Khedda (DBK) qui a vu la réouverture d’une salle de soins de proximité qui a été mise à l’arrêt depuis cinq années pour des travaux de réhabilitation. La cérémonie inaugurale de cette infrastructure a eu lieu en présence des représentants de la DSPRH et de représentants de l’APC. «C’est une structure très attendue par la population locale», a affirmé le représentant de l’APC, Amar Saâdi. A préciser, rajoute-t-il, qu’une autre salle de soins à Moule Diwan sera fonctionnelle dans les prochains jours, sachant que l’étude de ce projet a été finalisée. Une louable initiative qui a été accueillie avec jouissance par les citoyens de cette localité qui ont tant attendu ce projet. n