Une délégation de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), constituée de deux secrétaires nationaux, s’est rendue jeudi dernier à Tizi Ouzou. Objectif affiché : «éviter la division des commerçants de la wilaya», dixit M. Boucherit, secrétaire national chargé de l’information à l’UGCAA.

En off, il fallait, surtout, persuader M. Djebbar de l’Association des grossistes et ses amis commerçants de ne pas mettre à exécution leur mot d’ordre de grève.
Une crainte visiblement partagée par les autorités, puisque le wali de Tizi Ouzou, en personne, s’est impliqué à travers son chef de cabinet et le directeur du commerce de la wilaya, pour trouver une issue à ce conflit d’autorité larvé entre deux ailes qui se disputent la représentativité au sein de l’organisation corporatiste des commerçants à Tizi Ouzou. La mission des deux collaborateurs de M. Souilah, dépêchés jeudi d’Alger, revêt un double enjeu. Mettre de l’ordre dans les rangs de l’organisation et éviter que le conflit prenne des proportions politiques par le truchement de la grève. Une mission qui s’est avérée difficile pour les deux secrétaires nationaux de l’UGCAA qui n’ont pas réussi à rapprocher les points de vue des protagonistes, le bureau de Wilaya à Tizi Ouzou et son coordinateur et ses contestataires, regroupés derrière le président de l’Association des grossistes qui demandent le départ ici et maintenant de leurs représentants actuels au sein de l’UGCAA, et l’organisation de nouvelles élections. A l’appui de ces revendications et d’autres doléances consignées dans une plateforme remise à toutes les autorités concernées, un appel à une grève cyclique de quinze jours a été lancé. Une menace qui, si elle vient à être mise à exécution par ses auteurs, qui ont déjà réussi par le passé à paralyser l’activité commerciale au courant du dernier trimestre de l’année passée, au niveau de toute la wilaya, n’est pas faite pour arranger les affaires des pouvoirs publics à l’approche de l’échéance électorale du mois de mai. La réunion de conciliation, organisée séparément avec les représentants de chacun des deux groupes, en présence du chef de cabinet du wali et du directeur du commerce, n’a pas débouché sur l’issue escomptée. L’accord dégagé sur l’organisation des élections pour le choix des délégués de daïra qui, à leur tour, éliront leur coordinateur qui désignera les membres de son bureau, s’est heurté à l’intransigeance des uns et des autres qui campent sur leurs exigences. Pour le coordinateur de wilaya de l’organisation de M. Souilah, il n’est pas question de laisser sa place jusqu’à la tenue des prochaines élections. Ce qui et inacceptable pour M. Djebbar et ses amis qui mettent en avant le préalable du gel des activités de l’actuel bureau de l’UGCAA et de son coordinateur de wilaya.