Un procès inédit dans les annales de la justice s’est déroulé le 19 décembre dernier au tribunal de Draâ El Mizan. En effet, deux vendeurs illégaux de chardonnerets et un détenteur de cette espèce protégée ont été présentés devant le juge.

Le procureur de la République a requis une amende de 20 000 DA contre chacun des prévenus. L’information a été donnée par la Fédération de la chasse de Tizi Ouzou dans un communiqué publié sur sa page Facebook. Elle a indiqué qu’elle s’est constituée partie civile et a demandé la clémence envers ces prévenus contre l’engagement de cesser toute activité liée à cette pratique qui a causé un préjudice énorme à la faune locale. Ce premier pas récompense les efforts de la Fédération de chasse de Tizi Ouzou dans sa lutte contre la détention, le transport ou la vente de cette espèce protégée à travers sa campagne de sensibilisation et d’information et ses démarches auprès des autorités compétentes pour mettre fin à ces pratiques répandues. Il est utile de rappeler que le chardonneret figure dans la liste des espèces protégées, et de ce fait et conformément au décret exécutif n° 12- 235 du 24 mai 2012 qui stipule qu’il est strictement interdit de transporter, détenir ou vendre cette espèce. Toute infraction est punie d’une peine de deux à six mois de prison et d’une amende de 10 000 à 100 000 DA.
La fédération de chasse de Tizi Ouzou réitère son appel aux associations de chasse à participer activement à la lutte contre le braconnage et la chasse illégale.