Les autorités locales de la wilaya de Tizi-Ouzou ont mis le paquet dans le secteur de l’investissement, puisqu’une enveloppe budgétaire de plus de 65 milliards de dinars a été allouée à cet effet. Ce budget permettra la création de 13 640 emplois, a indiqué le directeur de l’industrie et des mines de la wilaya, Abderrahim Belbaki.

Ce dernier a fait savoir que sur les 1 098 dossiers d’investissements déposés auprès de leurs services, 250 ont été validés. « Ces dossiers recouvrent un effectif prévisionnel de 103 205 salariés. » A préciser que cette année, 120 actes de concession ont été établis au profit des investisseurs de la wilaya contre 106 en 2016. 

Ajouter à cela, 113 arrêtés déjà établis et qui seront suivis éventuellement par l’établissement des actes de concession, a-t-il expliqué. Contrairement au constat « alarmant » du terrain qui montre clairement que le secteur de l’investissement est à la traîne au niveau local et qu’il s’appuie par le gel des projets portant la création des zones industrielles qui peinent à voir le jour en l’occurrence celle de Draâ-El-Mizan, Souamaâ, le directeur de l’industrie rassure que le secteur va bon train et des efforts sont fournis pour le développement de ce secteur névralgique pour l’économie locale. Pour illustrer ses propos, il a indiqué que 31 projets d’investissement sont en cours de réalisation, dont le taux d’avancement est différent. Ainsi, il a annoncé le lancement de projets d’envergure qui apporteront une valeur ajoutée à l’économie comme les imprimeries, la production et la transformation du papier, mais aussi des projets portant réalisation de laiteries et de produits dérivés. Dans le même sillage, il a affirmé qu’en plus des 40 permis de construire qui ont été délivrés au profit des investisseurs, 15 sont en phase d’étude auprès des services concernés. 
Pour rappel, l’assainissement de l’ensemble des zones d’activités existantes au niveau de la capitale du Djurdjura était l’une des préoccupations du premier magistrat de la wilaya, Mohamed Bouderbali, depuis son installation à la tête de la wilaya.
D’après lui, cette procédure permettra de mettre à la disposition de « vrais » investisseurs les conditions adéquates d’investissement et de créer une attractivité dans le secteur économique. D’ailleurs, 44 lots de terrain non-exploités au niveau de la zone d’activité de Tala Athmane, à 10 km à l’est de Tizi-Ouzou, squattés par leurs bénéficiaires depuis les années 1990, ont été récupérés par voie de justice et par la suite mis à la disposition d’autres investisseurs. A cela s’ajoute une superficie de 3,9 hectares qui a été restituée. Notons que des mises en demeure ont été adressées aux personnes qui ont bénéficié de ces lots de terrain durant les années 1990 et qui ne les ont pas exploités, sachant que la procédure se fait selon les cahiers des charges.
Le gestionnaire devra attribuer le terrain aux investisseurs qui donnent des garanties de capacités d’investissement.
De leur part, les élus ont, à chaque fois, remis en cause ce blocage imposé dans la réalisation des zones industrielles qui contribueront au développement de l’économie locale et à la réduction des factures des importations qui gangrènent notre économie.