Pour dénoncer les blocages du développement de sa commune, situation induite par l’intrusion de l’administration et de certains démembrements de l’Etat dans la gestion des APC, le président de l’APC de Souk El Tenine, commune de la daïra de Maatkas, menace de démissionner de son poste dans une missive adressée au wali de Tizi Ouzou en date du 13 août 2019. Commençant par rappeler son engagement en tant que P/APC à contribuer au développement de sa commune, à travers la concrétisation de deux projets structurants, à savoir le projet de restructuration du chef-lieu et celui de l’hôpital de Souk El Tenine, daïra de Maâtkas, ce dernier fait part de sa déception de voir que toute cette ambition se heurte à des blocages et à des injonctions de la part des structures étatiques intermédiaires qu’il qualifie de «sous-Etat». «Je n’ai jamais imaginé devenir président d’APC gestionnaire et représentant de l’Etat avec des sous-Etats qui bloquent le développement de nos communes», s’insurge-t-il, pointant le blocage du projet de l’hôpital qui n’arrive pas à voir le jour depuis 2012. «Je refuse ainsi que le projet de restructuration urbaine du chef-lieu, qui devient un objet de chantage de la part de l’agence foncière de wilaya de Tizi Ouzou», a-t-il indiqué. L’agence de régulation foncière de wilaya, qui est chargée de la réalisation de ce projet urbain, est accusée d’user de chantage sur l’APC. Dont l’objectif est de «brader notre foncier avec ses offres que je considère comme une volonté délibérée contre toute sorte de développement. Chantage ou blocage d’un projet qui va créer une dynamique économique et des postes d’emplois pour nos jeunes et changer le destin de notre commune», a-t-il encore dit. Dans l’espoir d’amener la tutelle, à savoir le wali, à mettre fin à ces entraves, le P/APC menace de remettre sa démission à la rentrée sociale. «En tant que maire et représentant de l’Etat dans ma commune, dans un délai de deux mois et demi, si l’Etat n’intervient pas pour mettre fin à ces pratiques et annoncer dans la presse nationale l’avis d’appel d’offres concernant la réalisation du projet de l’hôpital de ma commune, et si l’agence foncière ne signe pas la convention votée à l’unanimité par notre assemblée souveraine, en date du 17 juillet 2019, donc une agence étatique qui bloque une commune, j’estimerais, malheureusement, que je n’ai aucun autre rôle à jouer.» n