La session ordinaire, avec comme ordre du jour le vote du budget supplémentaire et l’examen de la situation induite par les feux de forêt au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou ainsi que l’ouverture de crédits pour les besoins de fonctionnement et d’investissement au niveau de la wilaya, a été reportée à une date ultérieure.

Après une courte séance d’ouverture, le représentant du groupe FFS à l’APW, qui assure l’intérim du P/APW, a déclaré le report du rendez-vous suite au constat établi d’absence de quorum. Une situation jamais vécue par cette assemblée, dirigée par une coalition constituée autour du FFS, du FLN et du RND. Fait inédit, un groupe d’élus FFS, ceux-là mêmes qui animent depuis quelque temps la fronde contre le président de l’APW, a déserté l’hémicycle pour se joindre au mouvement de protestation qu’ils ont conjointement animé avec le RCD, dont les élus représentent l’opposition à l’APW. Ce groupe d’élus s’est retrouvé, pour la circonstance, dans la même tranchée pour dénoncer la convocation par le P/APAW et son exécutif d’une telle session dans le contexte politique actuel et dans des délais réglementaires contraires aux dispositions du code de wilaya. Ils ont aussi saisi l’opportunité de ce rassemblement pour exprimer leur solidarité avec les détenus d’opinion dont ils ont exhibé les portraits et réclamé leur libération.
Solidarité avec les détenus d’opinion
«Il est immoral de tenir une session dans de telles circonstances», déclare une élue du FFS du groupe des frondeurs, qui dénonce le caractère arbitraire et injuste de l’incarcération de ces militants. Et d’ajouter : «Nous ne pouvons cautionner la tenue d’une session en dehors du calendrier légal et non conforme au code de wilaya.» Elle dénoncera l’administration qui a «cautionné une telle entorse à la réglementation». Sur le budget supplémentaire pour l’année en cours, qui devait être soumis au vote et adoption, l’élue estime qu’il convient d’abord de faire le bilan des financements qui ont été attribués, d’établir le taux de consommation des enveloppes et de réalisation des projets. « On est des élus, on refuse de jouer le rôle de faire-valoir, d’être convoqués juste pour voter », proteste-t-elle, en se disant opposée au « fonctionnement actuel de l’APW ». Le RCD n’a pas manqué de son côté de dénoncer en des termes assez durs la convocation de la session de l’APW par le P/APW et ses alliés du FLN et du RND, les qualifiant de « partis de la 3issaba ». « L’ordre du jour, bricolé pour la circonstance, cache mal la volonté du P/APAW et des alliés des partis de la 3issaba de répartition de la rente. Même le budget de la restauration a été augmenté de 4 millions de dinars, dans le projet de budget supplémentaire proposé au vote», écrit le RCD. Pour ce parti, l’inscription à l’ordre du jour de la session d’un point relatif aux feux de forêt subis par la wilaya de Tizi Ouzou, n’est qu’«un alibi qui témoigne de l’imprévoyance et de l’incompétence du P/APW et de ses alliés du FLN et du RND». Le RCD considère, d’autre part, qu’«il est politiquement et moralement inacceptable de nous réunir comme si de rien n’était pendant qu’une élue de l’APW croupit en prison pour avoir brandi l’emblème de notre identité. (…) Nous condamnons, encore une fois, ces arrestations arbitraires et exigeons la libération de tous les détenus d’opinion injustement incarcérés par une justice aux ordres». Signalons, enfin, qu’après avoir constaté l’absence du quorum, une vingtaine d’élus seulement a répondu présent, alors qu’il en fallait au moins vingt-quatre pour atteindre le quorum, le P/APAW par intérim a déclaré l’ajournement de la session et sa convocation dans un délai de huit jours, conformément au code de wilaya. n