Yennayer, le Nouvel an amazigh 2967, a été célébré jeudi à Tizi Ouzou dans l’allégresse par des milliers de jeunes qui ont animé les deux parades organisées par les directions de la culture et de la jeunesse et des sports a-t-on constaté.
Vers 10H30, le stade 1er- Novembre, vibrait sous les chants et sons des instruments de musique des participants au défilé organisé par la direction de la jeunesse et des sports et dont le coup d’envoi a été donné par le wali Mohammed Bouderbali. Pas moins de 8 000 jeunes ont été mobilisés par le mouvement associatif et les établissements de sports et de jeunesse et ligues spécialisées de sports de Tizi Ouzou et des wilayas de Batna, Boumerdès, Blida, Aïn Defla, Alger.
Ils ont pris part à une parade organisée sur le terrain du stade 1er-Novembre, déclinée en plusieurs tableaux, exécutés avec une symbolique très expressive, retraçant les grandes étapes de l’histoire de l’Algérie et étalant la richesse du patrimoine culturel national. La foule nombreuse a apprécié le spectacle qui a débuté par le déploiement de l’emblème national accompagné de fanfare et de baroud. Ont suivi alors des représentations des rois amazighs, de l’Algérie avant le colonialisme français puis après 1830 ainsi que les grandes dates historiques de l’Algérie sous la colonisation, des manifestations du 8 Mai 1945 à l’Indépendance le 5 Juillet 1962 en passant par le déclenchement de la guerre de Libération nationale le 1er Novembre 1954, pour se terminer avec la joie du recouvrement de l’indépendance et de la souveraineté nationales. D’autres tableaux abordant les thématiques de l’enfance, de la protection de l’environnement, d’Anzar (fête ancestrale pour demander la pluie en cas de sécheresse), Yennayer, du carnaval Ayrad, des activités culturelles et sportives, ainsi que des tenues traditionnelles algériennes, des majorettes et des déguisements libres, ont été présentés au public charmé par cette grandiose manifestation. Les participants à cette parade ont ensuite quitté le stade pour défiler dans la rue semant sur leur passage, liesse, sourire, et joie, présages de paix et de prospérité pour le Nouvel an. La procession s’est rendue à la placette de l’Olivier en passant par la placette du Musée où la wali a assisté avec le président de l’Assemblée populaire de wilaya Mohammed Klalèche, au défilé des troupes, au milieu d’une foule nombreuse avide de ce genre de manifestation et qui a souhaité le renouvellement de ce genre d’événements « joyeux et rassembleur », selon plusieurs témoignages recueillis sur place par l’APS. De l’autre côté de la ville à la placette de l’Olivier (entrée Ouest de la ville de Tizi Ouzou), une joyeuse procession, organisée par la direction locale de la culture, et animée par des troupes représentant 12 wilayas, Tizi Ouzou, Tamanrasset, Boumerdès, Alger, Ghardaïa, Bouira, Adrar, Batna, Béjaïa, Guelma, Skikda, et Tipasa, a entamé vers 10H sa marche.
Parés de tenues traditionnelles aux couleurs chatoyantes, ou déguisés qui en roi Chachnaq, qui en animateurs du carnaval Ayred, les participants à cette parade ont honoré la tradition en célébrant dans la joie et avec des chants folkloriques et patriotiques et des danses, l’avènement du Nouvel an échangeant des souhaits de bonheur et de prospérité. La procession a traversé le centre-ville en empruntant les avenues Larbi-Ben M’hidi et Abane-Ramdane pour rejoindre la Maison de la culture Mouloud-Mammeri, où une waada, un couscous d’Yennayer au poulet et légumes secs, a été offert aux participants et aux nombreux citoyens présents sur place.
Le wali a présenté à l’occasion du nouvel an amazigh, célébré le 12 janvier, une bonne année 2967, et ses vœux de bonheur, de paix et de prospérité pour l’Algérie, en soulignant que «Yennayer qui est fêté à travers tout le pays est un patrimoine national ».